Disruption : Préparez-vous à changer de monde

Disruption : Préparez-vous à changer de monde

Sans perdre de temps : un des meilleurs livres que j'ai lu en cette année 2018. Voilà c'est dit. En effet, un style très facile à lire, du coup on mange les pages rapidement. Pour ceux qui n'ont pas l'habitude de lire c'est plaisant. Même si je comprends plutôt bien le sujet, c'est un livre qui a un vocabulaire et une syntaxe accessible à toutes et à tous.

C'est un bon bouquin pour toute personne qui veut se lancer dans son business ou qui en a marre du salariat sans comprendre pourquoi. Stéphane Mallard pose des mots aux maux sociétaux. Ce livre doit également se retrouver dans les mains de manager, de chef d'entreprise ainsi que dans les Comex. Ceux-ci auront une larme de douleur à la lecture de certains paragraphes.

"Le rôle de la douleur, des déceptions et des idées noires n'est pas de nous aigrir, de nous faire perdre nos valeurs et notre dignité, mais de nous mûrir et de nous purifier". Peter camenzind - Hermann Hesse

Pour faire très simple, la "disruption" est un nouveau modèle d'entreprise qui est en rupture avec ce qui se fait. Uber est la disruption de monde des taxis. Amazon est la disruption des centres commerciaux. Mais pas seulement.

Dans l'introduction, Stéphane dit que la disruption est multiforme. Elle est technologique, sociale, sociétale, économique, anthropologique et transgressive. Et il nous emmène sous le prisme de la disruption sous chacune de ces formes. Renversant ! Je poursuis ce challenge d'un livre par mois, avec Disruption de Stéphane Mallard, je donne mon point de vue, et je reprends les idées qui m'ont le plus percuté. En te souhaitant une bonne lecture !

L'empathie la valeur refuge

Un niveau d'empathie élevé sera la compétence humaine faisant clairement la différence entre les entreprises/experts. Sans cette compétence, elles/ils seront sans activité à l'heure de l'IA. Nous sommes constamment (et on le sera de plus en plus) assistés par l'IA. La meilleure façon de pouvoir continuer à fournir des services haut de gamme (qui deviennent peu à peu la norme), c'est l'empathie. Par exemple, si tu es membre premium chez Amazon ou client Apple.

Un jour j'ai commandé des compotes pour ma fille. J'avais commandé 5 lots de 4 compotes. 2 pots ont été écrasés, j'ai nettoyé les autres et j'ai signalé un problème. Ils ne m'ont pas questionné ni demandé de justificatif et ont recommandé l'intégralité gratuitement, le tout livré en 24h. Pour ainsi dire, je n'avais pratiquement rien demandé. Ils ont fourni un service premium en anticipant ma demande (remboursement) et ont offert plus que ce que j'attendais (2 pots remboursés versus 20 nouveaux pots livrés le lendemain !).

Ce service "premium" devient peu à peu la norme. Nous devenons de plus en plus en exigeant car de nouveau acteur permet de fournir un service irréprochable à moindre coût. Je m'attends à un niveau équivalent pour tous les autres services, que ça soit pour prendre un abonnement pour les transports en commun comme pour avoir un rendez-vous avec le pédiatre.

I am a slasher and switcher

Je suis un slasher car je fais plusieurs métiers en même temps. Mes activités professionnelles font que je ne peux pas rester les bras croisés, et j'ai plusieurs passions. Je suis un switcher non pas, parce que j'ai quitté une grande entreprise mais plus par mon aversion au salariat. Le livre Jouez sa peau, m'a totalement convaincu que nous sommes des esclaves modernes dont l'entreprise nous dicte notre façon de penser et de se comporter. Je tiens bien trop à ma liberté et je ne conçois pas de limiter ma liberté enfermée dans une prison appelé bureau en échange d'un salaire.

Disruption ; Dilemme de l'innovateur

Toutes personnes issues de filière marketing ou commerciale connaît la loi de Pareto. La fameuse loi des 20-80, où en d'autres termes, "20 % de nos clients génèrent 80% de notre chiffre d'affaires". Le dilemme de l'innovateur est de trouver un produit ou un service qui permet de satisfaire les 80% des clients restant ! Ce qui est tout de même incroyable qu'une entreprise aujourd'hui fasse le nécessaire pour rendre le service optimal pour une minorité. (D'ailleurs dans l'article de Taleb, il explique justement le pouvoir des minorités.)

L'obsession du service client

Pour une entreprise traditionnelle, le client est un numéro dans une base de données qui permet la hausse du chiffre d'affaires. Si un client est mécontent : "faite le taire le plus rapidement".

Pour les disrupteurs, le client est une obsession. Ils résonnent plus ainsi : "c'est parce que nous leur apportons un service en or qu'il nous augmentera notre chiffre d'affaires". L'approche est totalement différente. Chez Amazon, plus haut j'ai dit qu'ils m'ont remboursé sans que je me justifie. J'ai été mécontent, mon problème a été très bien résolu. Par conséquent, je suis davantage heureux d'être leur client (la preuve j'en parle !). Pour un disrupteur, un client mécontent est une opportunité de faire ravir l'entreprise !

En d'autres termes, le dilemme de l'innovateur est donc de trouver un nouveau marché avec des revenus inconnus sur une cible méconnue. Ne pas se lancer est rationnel pour l'entreprise. On le lit à plusieurs reprises, les sociétés ne prennent aucun risque. Et justement, selon Stéphane Mallard (et d'autre d'ailleurs), ce manque de risque va les conduire à leur propre perte.

Aujourd'hui les nouveaux entrants dans un domaine procèdent ainsi. Un disrupteur va donc axer son business model en partant de ces 80%. Prenons Revolut ou N26, les néo-banques ; elles proposent des services "bas de gamme" donc très peu cher (pas de frais de banque, carte gratuite), en offrant une expérience réjouissante (ouvrir un compte bancaire en 8 minutes) tout en gardant un service client élevé (Revolut répond 24/7). Cela satisfait l'exigence des 80% des clients mais génèrent très de peu de CA. Lorsqu'elles atteindront une masse critique d'utilisateurs, elles proposeront d'autres services à fortes valeurs ajoutées.

Monkey first

Une métaphore que j'ai adoré dans ce livre, est le monkey first. Chez Google X, la branche de Google pour l'innovation, ont un adage le : "Monkey First". En effet, si l'on donne pour exercice :

"Construisez un piédestal et apprenez à un singe à jouer du Shakespeare"

95% des gens commenceront à construire le piédestal. En effet, nous le ferons pour montrer au manager que nous nous sommes mis au travail, et pris la difficulté à bras le corps. Alors que la plus grande difficulté est d'apprendre au singe à parler ! Les entreprises agissent de la même manière, elles contournent leur propre (vrai) problème et difficulté par des approches plus faciles et surtout pour avoir des résultats plus visibles.

Mon point de désaccord : le marketing

Oui le marketing a bien changé. En effet, le marketing traditionnel (faire de l'affichage urbain par exemple) n'a pas le vent en poupe car les campagnes digitales sont plus précises et plus flexibles. Selon Stéphane, le marketing va disparaître. Je ne suis pas contre cette idée, mais plutôt dans la réflexion.

Regarde mon thread sur Twitter :

Pourquoi ne voyons-nous pas que les choses vont de plus en plus vite ?

Nous sommes adaptés pour suivre

Stéphane nous apporte un élément de réponse à cette question fort intéressante. Notre cerveau est programmé pour suivre notre environnement immédiat. Par conséquent nous ne voyons pas l'inertie technologique qui nous entraîne de plus en plus vite. Comme un cycliste qui a la tête dans le guidon, il est très réactif au comportement de son vélo et suit la route avec un regard vif et une concentration maximale. Cette appréhension naturelle à voir notre environnement immédiat à un défaut. En effet, ce même cycliste a beaucoup de difficulté à voir l'issue de sa course, à visualiser le reste du parcours futur. Ainsi nous sommes aptes à utiliser toujours plus de technologie, mais nous manquons de discernement quant à notre avenir.

Neuro-augmentation pour aller toujours plus vite

Dans le dernier tiers du livre, Stéphane nous parle des pratiques de la Silicon Valley pour augmenter leur créativité, leur productivité toujours dans le but d'aller plus vite. Je ne vais pas spoiler la fin, mais c'est un passage où j'ai appris pas mal de chose, notamment l'influence du Burning Man !

Pour conclure, Disruption est un livre accessible à tous et que je recommande de lire. Que tu sois étudiants, salariés, à ton compte ou membre d'un Comex, il faut l'avoir entre les mains ! Pour moi cet ouvrage fait le résumé de plusieurs livres. Du livre La Guerre de Intelligence (pour le coté IA et tech),  de Jouez sa peau pour le côté anti-entreprise (entreprises qui ne prennent pas de risque, fin du salariat etc.) et Libérez votre cerveau (pour le coté cognitif et le style qui se lit tout aussi bien).

Etre autodidacte, faire plusieurs activités, apprendre plusieurs domaines et prendre des risques sont les qualités nécessaires pour les dix prochaines années. Je partage la même position que Stéphane concernant le devenir des entreprises traditionnelles. Elles vont toutes mourir, car la génération d'aujourd'hui est plus exigeante, nous avons le choix et perdons pas de temps pour changer. D'autant plus que nous voulons vivre des expériences incroyables et toujours dans un rythme de plus en plus important.

Comments are closed.
%d blogueurs aiment cette page :