Skip to content

La règle des 5 secondes

En voilà un sujet paradoxal dans toute sa splendeur ! D’un côté notre attention a diminué passant de 12 à 8 secondes en 10 ans (et c’est une très bonne chose d’ailleurs mais j’y reviendrai). Et d’un autre côté notre cerveau ne prend pas forcément de meilleur décision si nous prenons plus de 5 secondes à réfléchir !

Je suis tombé sur un sujet passionnant issu de cette lecture :

règle des 5 secondes

Pourquoi 5 secondes ?

Car les premières pensées limitantes arrivent à partir de 5 secondes. La raison principale réside dans le fonctionnement de notre cerveau. Le cerveau fait des calculs et des probabilités constamment.

Avant d’agir notre cerveau fait le calcul (en 5 secondes) si l’énergie nécessaire vaut le résultat attendu. Quand nous sommes enfants nous ne faisons pas ce calcul, cela se traduit par des comportements sans barrière. Par exemple : je vois une flaque d’eau, je saute à pied joint dedans. Pourquoi adulte nous n’agissons plus ainsi ?

sauter-dans-une-flaque

Pourquoi en tant qu’adulte nous ne le faisons pas ? Car si j’ai les pieds mouillés cela va engendrer beaucoup d’effort.

Subrepticement, le cerveau a parcouru tout le chemin d’une telle conséquence :

  • Cela ne sera pas confortable pour continuer la marche,
  • j’augmente mes chances de prendre froid,
  • je vais devoir mettre mes chaussures à sécher,
  • enlever mes chaussettes et les mettre au sale en rentrant, etc., etc.

Tu comprends, dans ce calcul mental, le fait de rire et de voir l’eau s’éclabousser si je saute pied joint dans une flaque va me demander en contrepartie trop de ressources dans un futur proche (beaucoup de tâches supplémentaires).

Ces calculs sont utiles car ils nous permettent d’économiser beaucoup d’énergie. Par conséquent, ces calculs fragilisent le passage à l’acte. Ainsi, le fait que nous calculons constamment l’énergie que va nous demander telle ou telle action, nous pouvons nous retrouver dans un mutisme et une sclérose qui nous ferait passer à côté de notre vie. Un peu comme Chidy dans The Good Place 🙂

chidi_good_place_faire_un_choix

Ne pas se sentir soi-même

Être proactif fait peur. Il faut être déterminé pour faire changer les choses. Il faut s’écouter et agir en conséquence. Il est beaucoup plus facile “de faire ce que je dis et non ce que je fais”. On s’accommode à la médiocrité. La volonté est maîtresse, la motivation ne vaut rien.

La motivation est inutile

Personne n’est motivée pour faire des choses difficiles. Se lever à 5h du matin, choisir entre une part de pizza comme on les aime ou un plat de brocoli. Oui c’est difficile de faire les bons choix car nos circuits neuronaux vont directement vers le plus facile et le plus important pour notre corps (les aliments sucrés et gras sont attirants car ils nous ont toujours manqué !).

Créer de nouvelles habitudes demande de la répétition. Ce n’est pas seulement de la volonté qui est importante, c’est de la discipline.  La règle des 5 secondes nécessite donc de ne pas écouter son cerveau, qui lui ne voit que la sensation qu’on éprouve sur le moment. Nous devons devenir intensément objectif et proactif, avoir la volonté farouche de changer ce qui doit l’être, voilà le fondement nécessaire à tout changement réel. Il est donc fondamental de détacher l’action de le faire avec l’envie de le faire !

Passage à l’action

Le cerveau calcule toujours l’effort d’activation. Ainsi, pour faire une action, il privilégiera toujours celle qui requiert le moins d’effort. Le poids de l’effort d’activation peut se multiplier par le nombre d’actions à entreprendre !

Le but des 5 secondes c’est d’agir pour faire des nouvelles choses alors il faut réfuter cette sensation de “c’est trop pour moi” (ce qui constitue pour moi la première forme d’une pensée limitante).

Il ne sert à rien d’y penser, il faut agir. Comme je l’avais décrit, il est difficile de se lever le matin pourtant il suffit juste de se mettre assis. Si tu penses les yeux fermés à te lever… tu te rendormiras !

rester-au-lit

Le pouvoir du courage

Le courage est agir face à une pression très grande. C’est ce qui résume la méthode des 5 secondes. Nous devons agir, mais notre effort d’activation est très grande alors on ne l’écoute pas et on agit quand même.

Rosa Sparks a fait preuve de courage en restant à sa place dans le bus. Elle a fait face à une pression dont son initiative a pris des propensions mondiales. Le secret de vivre pleinement l’instant présent ici et maintenant permet d’agir dans les 5 secondes.

Un acte de bravoure comme porter assistance à une personne, quand j’y pense, les personnes agissent sans réfléchir. D’ailleurs, à l’écriture de ces mots, je me rends compte qu’à chaque fois que j’ai aidé une personne à se relever car elle a chuté devant moi, ou cette fois où j’ai aidé une dame âgée à porter ses sacs de courses beaucoup trop lourds pour elle. Toutes ces fois, je n’ai pas hésité et en m’approchant vers elle j’ai ressenti l’effort d’activation, mon cerveau faisait des calculs du type “tu en as pour combien de temps ? Tu vas être en retard c’est sûr, tant pis pour elle etc.”. Mais toutes ces actions ont été prises en moins de 5 secondes.

Gérer son stress

Ça me rappelle également une chose. L’attente et l’hésitation sont des facteurs qui génèrent beaucoup de stress. En effet, je stresse avant de monter sur scène et pourtant une fois devant le public, l’action prend le dessus et le stress s’en va comme s’il n’avait jamais existé.

Faire preuve de courage et agir augmente le locus de contrôle. C’est-à-dire la sensation de maîtriser ses actions, qui est étroitement liée au bonheur individuel : plus vous contrôlez votre vie et plus vous êtes heureux.

Augmenter sa productivité

Je travaille souvent le matin car cela permet de limiter les distractions et les urgences arriveront d’elles-mêmes.

Une règle d’or pour moi : toujours fixer un temps maximum pour faire une tâche. Le pomodoro est une bonne technique uniquement si on rempli ses 25 ou 55 min d’une tâche bien précise ! En effet, la fameuse loi de Parkinson dit que nous consacrerons toujours le maximum de temps pour faire un travail si nous ne la limitons pas.

technique-pomodoro
source : https://medium.com/@saran.zahid/pomodoro-technique-d68b667b9751

Maîtriser ses pensées

On donne toujours de l’importance à ce que l’on pense. Des fois c’est vrai mais le plus souvent c’est totalement faux. On accorde de l’importance à ce que l’on veut qu’il y ait de l’importance. Donc penser négativement et ruminer ne sert qu’à s’infliger du stress supplémentaire. C’est l’une des raisons pourquoi je continue la médiation car elle m’apporte la force nécessaire pour m’éloigner de mes pensées.

méditation

Pourquoi notre attention a diminué

Courte période mais de plus grande intensité.

Suite à l’émergence de tant d’information notre cerveau sait mieux faire la distinction dans ce qu’il cherche et une fois qu’il le trouve, la concentration est plus profonde. L’étude montre qu’il y a moins d’implication émotionnelle dans l’encodage de nos informations. Nous retenons mieux mais sans émotion.

Ce qui est peut-être grave lors de fake news, nous voyons ce qui nous interpelle, nous mettons notre émotion de côté et croyons avidement ce que nous lisons. Pourtant notre cerveau a développé une conscience qui nous permet de nous poser des questions. Nous devons absolument développer cette barrière et de ne jamais croire directement ce que nous lisons, entendons ou voyons sur internet.

La règle des 5 secondes est puissante pour passer à l’action, elle permet de sortir du lit plus rapidement, de sauver des vies parfois, de se sentir plus heureux. Cependant dans un monde qui va de plus en plus vite, la règle des 5 secondes n’est pas conseillé dans d’autres circonstances.

Published inDéfi un livre par moisÉcritures et réflexions

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :