Factfulness – Comment devenir factuel ?

factfulness

J’ai trouvé LE livre de l’année 2019 ! Courez l’acheter immédiatement ! Bon si tu veux savoir pourquoi je suis emballé comme ça, voici le sommaire :

factfulness - comment devenir factuel

Hans Rosling : un personnage incroyable

En ce début d’année, je suis ravi de poursuivre mon défi un livre par mois (même si je cumule un peu de retard en ce moment !). La lecture d’un livre comme celui-ci est très gratifiante. En effet il se dévore littéralement et dans lequel on apprend des tonnes d’informations ! A vrai dire c’est tout un personnage cet auteur (malheureusement décédé il y a peu de temps). Tu peux le voir dans les conférences TED :


voici l’une de ces vidéos avec son fils – sous titres en français disponible

J’avais vu sur Twitter quelques tweets sur son livre. Je l’avais ajouté dans ma wish list mais il y a quelques mois déjà et du coup le livre s’était retrouvé pratiquement tout en bas.

Un jour j’ai flâné à la Fnac et je ne voulais pas partir sans acheter un livre. J’ai vu Factfulness, et je l’ai pris “instinctivement”. Le meilleur choix que j’ai pu faire !

13 questions simples

L’axe principal du livre tourne autour de 13 questions relativement simples mais personne n’a eu 13/13 ! Il a interrogé 12 000 personnes dans 14 pays différents. La meilleure note fut un suédois avec 12/13 et c’est le seul !

Encore plus inquiétant, 15% des sondés ont eu 0/13. Si nous donnons ces questions à des singes, l’auteur s’explique, si nous répondons par “chance”, alors nous obtiendrons statistiquement la note de 4/13. Alors comment est-il possible que des hommes et des femmes puissent répondre tout faux ?

Nous sommes conditionnés

L’intuition humaine, celle qui a permit à notre espèce d’être là aujourd’hui, est le fruit d’une évolution graduelle, un outil ô combien important donc. L’intuition est constituée d’éléments psychologiques ancrés profondément et d’une performance redoutable. En effet nous sommes capable en un coup d’œil de voir un serpent ou un visage qui pourrait nous être hostile en une fraction de seconde.

Ces éléments psychologiques forment nos jugements et nos prises de décisions. L’ensemble de nos expériences forme un conditionnement.

Nos biais, notre faiblesse

Pourtant elle est aussi l’un de nos pires défauts. En effet, ces éléments sont aussi constitués de biais psychologiques. J’ai trouvé cette liste qui recense environ 200 biais ! 200 manières de pouvoir nous influencer en quelque sorte ! C’est incroyable.

Alors pourquoi 15% des sondés ont répondu complètement faux, sont-ils moins intelligents? Bien sûr que non, répondre faux signifie que le choix a été orienté (et pas dans le bon sens !). Leur vision du monde a été façonné par des informations non mises à jour et/ou par des biais.

Mon score : 6/13

Quand j’ai parcouru les questions, je les ai trouvé relativement simples. Je pensais répondre plutôt correctement. Genre j’imaginais avoir 2 voire 3 fautes maximum car j’ai longtemps hésité sur ces questions. Mais je n’ai eu que la moitié des points !

Toute erreur est l’occasion d’en apprendre davantage c’est l’une des raisons de pourquoi j’ai tant aimé ce livre.

L’ère de la connaissance

Je dis souvent aux étudiants que nous sommes dans l’ère de la connaissance. En effet nous avons accès aux informations peu importe où nous nous trouvons et peu importe la question. Majoritairement 5 minutes de recherche sur Google et nous obtenons une réponse satisfaisante.

Souvent, nous avons des a priori, des biais également qui nous poussent à répondre rapidement comme si la réponse “allait de soi”. Alors que dans les faits, ce n’est pas du tout le cas.

La Terre sera-t-elle surpeuplée ?

L’auteur nous parle d’un biais très connus qui est celui de la “ligne droite”. Lorsque nous voyons un graphique, nous imaginons une courbe qui continue. En l’occurrence lorsque nous regardons la courbe de la démographie, on ne peut s’empêcher de croire que la courbe ne se “tassera” pas.

factfulness-expansion démographie

Dans les faits, la démographie augmente lorsque le taux de natalité augmente et le taux de fécondité augmente aussi. Nous constatons que tous les pays, en tout cas une population s’enrichit, le taux de natalité augmente et le taux de fécondité diminue.

factfulness-fécondité totale par région

En 1800, l’Europe et les Etats-Unis (enfin les colonies de l’époque), le taux de fécondité était aussi de 7 enfants par femme. L’Europe et les Etats-Unis ont augmenté leur ressource financière, crée un système de santé plus efficace et le taux de fécondité a diminué.

Dès lors, il est possible avec une grande acuité de prédire combien nous serons sur Terre est 2100. Selon l’ONU entre 9 et 13 milliards d’individus.

ONU - total population

Le nombre d’enfants n’est pas corrélé avec la nationalité, le pays, la zone géographique ou la religion du pays mais à sa richesse. Le graphique nous montre également qu’un changement minime comme une disparité du taux de fécondité de 0,5 a un impact significatif. Cela rappelle les effets de queue décrit par Nassim Taleb dans son livre.

Gapminder

Un outil formidable créer par la famille de Hans Rosling. Je te laisse regarder le site. En tout cas, je suis passé des heures dessus à regarder les bulles évoluer au cours des années. A chercher des corrélations entre taux de fécondité et PIB par habitant, de regarder la disparition de l’extrême pauvreté etc.

Une nouvelle échelle

Hans Rosling a crée une nouvelle échelle pour situer la richesse des pays du monde. Au lieu de prendre le PIB par habitant, il a pris ce que nous sommes capable de dépenser par jour :

  • 0 à 2 dollars par jour (extrême pauvreté) – 961 millions de personnes
  • 2 à 8 dollars par jour – 4 milliards de personnes
  • 8 à 32 dollars par jour – 1,12 milliard de personnes
  • Supérieur à 32 dollars par jour – 1,59 milliards de personnes

Il est possible d’avoir une coquille sur son CV et de ne jamais avoir d’emploi, et être de haut responsable et ne pas savoir comment le monde fonctionne

Factfulness : une nouvelle manière de voir les informations

Maintenant, j’opte pour un nouveau réflexe, celui de connaitre les données avant de me faire mon opinion. Tout récemment, un spécialiste de l’économie affirme que la France est dans une impasse car le nombre d’heures travaillées est trop faible pour subvenir aux frais de l’Etat.

Au vu de l’argumentaire et de la comparaison des autres pays, on pourrait lui donner raison. Pourtant j’ai activé mon réflexe “factfulness” et essayer de comprendre s’il y a une corrélation entre le nombre d’heures travaillées et création de richesse. Tout comme penser qu’en Afrique ils font plus d’enfants (taux de fécondité élévée) car ils sont africains, le nombre d’heure travaillé signifie-t-il à lui seul la productivité du pays ?

D’après ma petite analyse je vois que selon l’OCDE, il y a bien une corrélation entre la diminution du nombre d’heures travaillée et la productivité d’un pays. Par exemple au Pays-bas, 1er pays qui possède le plus de job à mi-temps est classé 5e en terme de productivité horaire. (Source OCDE). Certaines personnes ont un biais qui les confortent dans leur position mais je vois de manière factuelle que ce n’est pas le cas.

Les data doivent parler

Pour conclure, ce livre m’a ouvert les yeux et enrichit mon esprit critique. Nous sommes dans l’ère de la connaissance, seulement nous devons faire attention à comment nous la ingérons ! Je suis devenu factfulness !

Consommer des informations sans se poser de question est très dangereux. Nous pensons savoir alors que nous ne savons pas. Et plus nous apprenons sur un sujet plus nous constatons que ce sujet est bien plus complexe qu’on ne le pensait !

Il est nécessaire de développer notre manière de discuter, de partager, d’échanger et de comprendre les mécanismes. Et je terminerai par un graphique qui, chaque jour, je trouve qu’il prend de plus en plus d’importance.

dunning-kruger-francais

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Défi un livre par mois - 1 an déjà ! - Ludo LOUIS

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :