La transréalité et l'égo-système ; conflit générationnel

La transréalité et l'égo-système ; conflit générationnel

Suite à l'annonce du ministre de l'éducation nationale de vouloir supprimer les téléphones portables des élèves en classe, je me suis posé la question de quel est le rôle du smartphone chez les jeunes. 80% des élèves ont un smartphone, cet appareil fait partie de notre vie quotidienne, voire considéré comme un prolongement de soi (cf. Petite Poucette de Michel Serres). Alors c'est vrai j'avais déjà écrit un long discours en deux parties (1 et 2) sur ma vision de l'école. Mais je voudrais rajouter une couche sur le clash générationnel qui nous vivons.

Nous sommes dans la transréalité

Ce néologisme vient tout de droit de Vincent Cespedès. Entre d'autres termes c'est le mixe de la réalité et du virtuel. Tout d'abord, nos préoccupations ont un niveau identique qu'elles soient virtuelles ou réelles. En ce moment je discute avec plusieurs personnes en même temps sur plusieurs réseaux sociaux. Je le sais constamment, et si je reçois un message je vais analyser très rapidement (presque instinctivement) si cela nécessite une réponse de ma part immédiate ou s'il/elle peut attendre.

Nous avons adopté une nouvelle position physique pour entrer en transréalité. Penché sur son téléphone nous sommes à la fois dans le réel ici et maintenant et également dans le virtuel.

Un outil transréel : snapchat

Tout d'abord, pourquoi snapchat n'est pas utilisé par les plus de 30 ans ? C'est symptomatique du conflit générationnel. Principalement, parce que l'application n'a pas de mode d'emploi quant au fonctionnement et de l'utilisation. Pour le fonctionnement on repassera car Snapchat utilise beaucoup d'intelligence artificielle !

snapchat-vision

Le mode d'emploi ? Une vidéo explicative de 10 secondes. Ensuite nous sommes dans le bain, directement, pas de leçon avec un contrôle. Nous sommes donc obligés de tester, se tromper fait partie du processus d'apprentissage et ainsi nous prenons possession de l'outil. En plus on peut partager nos découvertes avec les autres ! Ce qui est, pour la génération X, en contradiction avec leurs valeurs. Se tromper est synonyme d'échec, en plus on ne m'a pas expliqué correctement alors "j'y comprends rien".

Et puis ce format se détruit dans 24 heures ! Alors que l'ancienne génération y verrait une frustration d'avoir passé autant de temps pour communiquer quelque chose. Les jeunes eux, n'en donne peu d'importance. Le plus important c'est de faire vivre une expérience. Pour faire encore plus simple :

SupportMessageExpérience reçue
Ancienne générationSMSJe m'ennuieprovoque de la pitié
Nouvelle générationSnapchatJe m'ennuie et je crée des copains virtuelsfait sourire

C’était mon principal frein de l’école : pourquoi je n’aimais pas apprendre ? Alors que j'étais très curieux et j'apprenais plein de choses qui n'étaient pas enseignées à l'école. Pour la simple raison que j’allais avoir un contrôle sur cette matière. Et surtout avoir la correction deux semaines après !

Se tromper est la meilleure forme d'apprentissage

La correction fait partie du système d'apprentissage. Si on me donne la correction et qu'on enchaîne avec une nouvelle leçon, donc clairement on se moque de ce que tu as appris. Seule la note du contrôle compte, la correction est par conséquent une perte de temps sur le programme. Le contrôle était toujours vécu comme une tranchante sanction, la correction, une façon de remuer le couteau dans la plaie.

L'échec est seulement l'opportunité de recommencer de façon plus intelligente - Henri Ford

Pour revenir au réseau social qui lui est instantané, il permet de mélanger le virtuel dans le réel. La réalité augmentée est prépondérante et c'est ce qui fait l'un des succès de l'application. Je parlerais peut-être dans un autre article, le fait qu'ils ont séparé le "social" du "média", qui pour moi, est potentiellement une révolution en matière de communication digitale.

Pourquoi j'ai eu mon premier téléphone à 12 ans

Le téléphone mobile coûtait cher, les communications (pour pouvoir l'utiliser) aussi. Mes parents étaient d'accord pour que je prenne l'ancien téléphone de ma soeur (8 ans de plus que moi) car c'était un gage de sécurité. J'étais joignable à tout moment, la frontière communicative a disparu dès cet instant. Par sécurité, par prévention et non par utilisation, les enfants en ont tous été équipé. Aujourd'hui avoir un téléphone est nécessaire, tant le lien avec nos proches est puissant.

Nokia-3310
Le plus beau cadeau de noël de toute ma vie

A l'école

A la création de l'école, le professeur était celui qui savait. Il se tenait debout, d'autorité, et le pouvoir par le savoir. Les élèves étaient donc soumis aux professeurs. Aujourd'hui les élèves ont le pouvoir d'ubiquité grâce à ce "prolongement". Les professeurs doivent donc, utiliser l'augmentation cognitif de leurs élèves en classe.

L'école a été créé pour préparer les enfants pour le futur. Nous vivons dans un environnement changeant, la technologie est présente, nous sommes dans un monde transreel.

Ne pas évoluer = confiscation

En effet, retirer le téléphone c'est une manière de scléroser l'enseignement. Pour moi, cela signifie, l'école est comme au XIXème siècle et elle n'évolue pas.  Les élèves ne sont pas les mêmes, le degré de connaissance non plus. Le problème de concentration dont souffre les enfants peut être résolu par d'autres méthodes. Moi le premier, dans une conférence je vais regarder mon téléphone si la personne qui parle n'est pas intéressante.

C'est un peu le même discours que j'avais écrit concernant les entreprises qui ne s'adaptent pas aux millénials.

L'école du futur n'aura peut-être plus de professeur. Comme le souligne Dr Laurent Alexandre, le Montessori du XXIème siècle sera la combinaison entre le Smartphone + un orateur + plateforme.

L'égo-système

Pourquoi les jeunes partagent-ils autant de vidéos inutiles, sans aucun sens ? Pour Vincent Cespédes, nous digérons la vie chacun à notre rythme et à notre manière. Lorsque nous sommes confrontés à des situations drôles, dangereuses, choquantes, nous devons les encaisser.

Nous avions vu dans cet article, la conscience de soi passe par l'image que les autres ont de nous. Le fait de partager des images, vidéos, articles, permettent de donner de l'information à une autre personne. Les humains ont besoin de savoir ce que les autres pensent d'eux. En d'autres termes, le fait de partager une vidéo débile, signifie "je pense à toi, qu'est-ce que tu penses de moi maintenant ?".

Et puis on peut toujours se dire que les algorithmes nous emmènent parfois n'importe où. Dernièrement, je me suis retrouvé en face de cette vidéo alors que la vidéo précédente était CNN traitant de la montée du Bitcoin !

Et mieux comprendre ce phénomène à part entière je te suggère cet article : "Pourquoi une soirée entre potes se termine souvent devant des vidéos bizarres".

Source

 

2 Replies to “La transréalité et l'égo-système ; conflit générationnel”

Comments are closed.
%d blogueurs aiment cette page :