Ecritures

Les millénnials et le travail

millennials et travail2

Une génération est toujours en confrontation avec celle précédente, c’est indéniable. J’avais déjà écrit un rapport des millénnials avec la consommation et des relations amoureuses. Aujourd’hui nous allons nous attarder sur la relation des jeunes et le monde du travail.

Alors qu’est-ce qui nous motive, jeune #genY slash les millennials ?

Les millennials vont changer le monde de façon décisive plus que toute autre génération. Pour reprendre l’étude Gallup « Les millennials modifient le tissu social de l’Amérique et le monde. Ils attendent plus longtemps pour se marier et avoir des enfants, et ils sont moins susceptibles que les autres générations de s’identifier avec les religions ou des partis politiques. Défini par leur manque d’attachement aux institutions et aux traditions, les millennials changent d’emploi plus souvent que les autres générations – plus de la moitié disent qu’ils sont actuellement à la recherche d’un nouvel emploi (N.B et une partie d’entre-eux occupe un emploi ! Nous verrons pourquoi plus tard.)

Millénaires sont en train de changer la volonté même du monde. Donc, nous aussi, nous devons changer[les managers/entreprises].

Gallup recommande que nos partenaires clients changent leurs cultures organisationnelles cette année de la vieille volonté de nouvelle volonté. Il y a six changements fonctionnels que nous appelons le «Big Six».

Passé Futur
Mon salaire Mon résultat/but/intention
Ma satisfaction Mon développement
Mon patron Mon entraîneur
Mon évaluation annuelle Mes discussions en cours
Mes faiblesses à combler Mes forces à faire progresser
Mon travail Ma vie
  1. Les millennials ne travaillent pas pour un salaire – ils veulent un but.

Pour les millennials, le travail doit avoir un sens. Ils veulent travailler pour les organisations ayant une mission et un but. Retour dans les temps anciens, les baby – boomers n’ont pas nécessairement besoin d’un sens à leur travail. Ils voulaient juste une paie – leur mission et le but étaient à 100% dévouer pour la famille et être reconnu par le patron. Pour les millennials, la rémunération est importante et doit être équitable, mais il n’est plus le conducteur.

  1. Les millennials ne poursuivent pas la satisfaction au travail – ils poursuivent le développement.

Pourquoi dans les startups nous trouvons des tables de pingpong, des machines à fantaisie, des bureaux ouverts, des vacances illimitées, voire même des cantines gratuites avec menu vegan ? Car au travaille je peux être qui je suis. N’oublions pas que WhatsApp c’est 50 ingénieurs avec 150 de QI qui font tourner une entreprise dont la valorisation est supérieure à celle de Peugeot.

  1. Les millennials ne veulent pas patrons – ils veulent les entraîneurs.

Le rôle d’un patron de l’ancienne génération manage par le commandement et le contrôle. Les millennials se soucient d’avoir le meilleur entraîneur. Qui les apprécient et qui les aident à comprendre et à consolider leurs forces. Cela passe par une relation plus « proche » où la confiance est au cœur des interactions.

  1. Les millennials ne veulent pas des examens annuels – ils veulent des conversations en cours.

La façon dont les millennials communiquent – textos, tweeting, Skype, etc. – est maintenant en temps réel et en continu. Cela affecte considérablement le lieu de travail parce qu’ils sont habitués à une communication constante. Les examens annuels ne fonctionnent plus avec eux. Noter la globalité d’un comportement sur une année est extrêmement approximative alors que nos moyens de communication permettent une rétroaction immédiate à chaque instant. Tout comme vous notez votre chauffeur Uber directement à la fin de la course et non pas dans un an avec la perspective du souvenir résiduel !

  1. Les millennials ne veulent pas corriger leurs faiblesses – ils veulent développer leurs points forts.

Il est prouvé que les faiblesses ne se développent jamais en forces, alors que les forces se développent à l’infini. Ceci est sans doute la plus grande découverte managériale. Les organisations ne devraient pas ignorer les faiblesses. Au contraire, ils devraient minimiser les faiblesses et maximiser les forces.

  1. Il n’y a pas que mon travail – il est ma vie.

Une donnée qui fait l’unanimité, est que tout le monde veut un bon travail. En effet nous passons 8 heures par jour, 5 jours sur 7, il vaut mieux aimer ce que nous faisons. Par conséquent nous comprenons mieux la partie des millennials qui affirment chercher un emploi alors qu’ils sont dans une entreprise. Ils savent déjà qu’ils vont la quitter car elle ne correspond pas à leur aspiration. Et cela est particulièrement plus important pour les millennials. Plus que jamais dans l’histoire de la culture d’entreprise, les employés demandent, ” Est -ce que cette organisation me donne la chance de faire ce que je fais le mieux tous les jours ?” Parce que pour les millennials, un emploi n’est plus seulement un emploi – c’est leur vie.

Pour conclure, comme la perception des millennials changent, les entreprises devront également se transformer. Nous parlons de transformation numérique à tout bout de champs mais ce n’est pas pour rien. Je n’ai pas grand mal à prédire qu’un réel tsunami débarque couplé au système horizontal de notation ; de nombreuses entreprises n’arriveront pas à recruter malgré l’abondance des candidats. Ce qui va faire échouer plus d’un business qui ne seront pas transformées à temps.

 

Source.