Étiquette : société

Les clés du Futur - Jean Staune

Les clés du Futur - Jean Staune

Défi un livre par mois

Je dois avouer que j’ai eu peur. Le début du livre m’a fait des sueurs froides. En effet, la date de publication est 2015 et j’ai cru que le livre était déjà trop vieux ! En tout cas, uniquement pour le premier tiers du livre. Ouf ! En effet, lorsque l’auteur dit qu’un futur est probable pour les Google Glass j’ai failli tomber du trottoir. Oui j’ai écouté le livre et non lu. C’était mon dernier mois gratuit, je te laisse voir mes premiers articles où je parle des bons et mauvais points de l’application Audible.

Cet ouvrage a une structure proche de celle d’Homo Deus dans le sens où énormément de sujets sont traités. L’auteur nous raconte des expériences que je n’avais jamais entendu sur la conscience collective par exemple. Il met en avant des entreprises qui ont réussi et explique quels facteurs ont fait leurs succès (je parlerai de ce sujet particulièrement dans un autre billet). Il met en lumière les effets sociéto-économiques de ces dernières décennies. Il décrit avec une grande précision la crise des subprimes. Il l'a décrit avec tellement de précision que je n'en parlerai pas de ce billet. 

Enfin, l’auteur nous dépeint le monde via la modernité, la post modernité et la trans-modernité. De ce prisme à trois facettes, l’auteur amène sa réflexion sur les créatifs culturels, sur le rapport de la religion et de la spiritualité, sur la moralité du capitalisme, la philosophie des sciences et termine en nous apportant ses 10 pistes pour un monde meilleur.

Modernité / post-modernité / trans-modernité

La modernité

Elle a commencé à la première révolution industrielle. Peut-être même depuis la découverte du feu. Dès lors, nous avons uniquement amélioré l’existant. Nous avons transformé notre monde en un univers de l’hyperconsommation. Mais la modernité a fait son temps, elle nous mène dans le mur tant d'un point de vue environnemental que d'un point de vue intellectuel.

La post-modernité

Internet et les réseaux sociaux sont les éléments fondateurs de la post-modernité. Notamment l'avènement du printemps Arabe. Nous sommes capables de donner notre avis sur tout et nous sommes assez écoutés. D'ailleurs il est possible et assez facile de créer des groupes pour tout et rien et revendiquer ce que nous voulons. Pour cet argument on ressent que l’auteur a une affinité avec Jeremy Rifkin.

Le médium change la donne, nous vivons dans une horizontalité des plus déconcertante. A l’époque de De Gaulle, le chef d’Etat prenait la parole publiquement 5 fois par an à la télévision et 2 fois par communiqué de presse. (Source) Aujourd’hui, Macron prend la parole plusieurs par jours sur Twitter et tout le monde peut lui répondre instantanément !

Plus tard tout le monde sera spectateur et acteur. Et la fugacité de la célébrité sera encore plus rapide.

Andy Warhol

Trans-modernité

Nous sommes dans la transmodernité, en tout cas, dans les pays développés. Les gens transmodernes sont, ce que l’auteurs nomme : les créatifs culturels. Ce sont des gens qui font attention à ce qu'ils mangent, savent qu'ils ont un impact écologique (développement durable) et modifie son comportement en conséquence. Ils sont favorables aux médecines douces sans renoncer à la médecine traditionnelle. Ils se méfient des médias, évitent de regarder la télé et contournent la société de consommation.

Ils recherchent une spiritualité plutôt qu'une religion, prônent la fidélité sans pour autant se marier. La sincérité et la transparence sont l'ouverture à l'autre, ils rejettent les dogmatismes.

Il est vrai que je me retrouve quelque peu dans cette définition. Moi qui a testé 30 jours de consommation en réseaux courts, qui essaie de louer pour éviter de trop posséder et qui pratique la méditation

Comment la conscience existe-t-elle ? 

Le prix Nobel de médecine, Karl Popper parle de "matérialisme de la promesse". Cela signifie que nous aurons une réponse au bout du compte même si on ne sait pas comment.

A l’état actuel des recherches, nous savons que notre cerveau effectue une suite d'algorithme et de calcul en parallèle. D’une part, l’auteur s’interroge si nous portons trop notre attention sur la structure et pas assez pour trouver le « hardware », qui doit avoir une autre forme.

D’autre part, Jean Staune propose que la biologie se tourne vers la physique. Il y a une sélection physique avant biologique. Selon Luc Montagnier (prix Nobel due à la découverte avec Françoise Barré du VIH) dit que les molécules émettent une forme d'électromagnétisme. Une forme suspectée qui ne peut être visible dans l’infiniment petit, dans la conception même de nos cellules. Ainsi le "code algorithmique biologique" pourrait se trouver ici.

En d’autres termes, est-ce que notre cerveau utilise un logiciel dont nous sommes incapables de le comprendre comme un ordinateur qui exécute des tâches sans savoir qu'il a un système d'exploitation ?

Métaphore du match de foot

terrain-de-football

Dans le livre, l’auteur fait une élégante métaphore sur ce qu’est la conscience. Elle est invisible (pour l’instant) mais nous voyons clairement ses agissements. Prenons une équipe de foot et un arbitre.

L'arbitre symbolise l’inconscience. Si on regarde le match en gros plan sur le ballon, on ne verra jamais l'arbitre car il ne le touche pas.

Pourtant on sait qu'il est présent car il siffle les arrêts de jeu.

Conscience collective

Jean Staune rapporte une étude intrigante. Un scientifique (Dean Radin) a essayé de voir si la conscience collective peut avoir une incidence sur des machines qui tirent au sort des numéros.

M. Radin a créé le projet en 1998, il a positionné des GNA (générateur de nombre aléatoire) dans 65 pays dans le monde. Ces GNA sont bien calibrés car on obtient bien 50/50 en moyenne de tirage sur les chiffres pris aléatoirement.

Et pourtant, nous voyons une anomalie statistique associée à la date, à l’heure et à l’emplacement général des attentats terroristes du 11 septembre 2001. Il est également prouvé que l’anomalie a commencé à apparaître quelques heures avant que les événements largement visibles ne se déroulent. Voici les sources.

Je n’ai pas trouvé de contre étude, et mon scepticisme est piqué, par conséquent, si toi, lecteur, tu as des informations complémentaires ou contradictoire je suis preneur !

Créatifs culturels

Parfois il est bon de se sentir comme M. Jourdain qui fait de la prose sans le savoir. Je suis un créatif culturel sans le savoir. En effet, je partage un certain nombre de valeur avec cette communauté. Par exemple, je suis agnostique et je prône la méditation via plusieurs billets sur ce sujet. D’autre part, je fais le tri sélectif depuis plus d’une dizaine d’année et je consomme en réseaux courts. Dans la définition d’un créatif culturel il en ressort quatre grands pôles de valeurs :

  • L’écologie (incluant l’alimentation biologique, les médecines douces, la consommation éthique et responsable) ;
  • Ouverture aux valeurs féminines (impliquant à la fois des valeurs comme l’écoute, l’empathie, etc. ; mais questionnant aussi la place des femmes dans la société) ;
  • La spiritualité, le développement personnel, l’introspection ;
  • Une implication sociale, la mise en place d’initiatives solidaires, participatives et citoyennes.

Le tout dans un but ultime de donner un sens à sa vie. La recherche de l'authenticité de soi : les actes et sa vie sont en cohérence. C'est une ligne de démarcation avec le modernisme.

Donner un sens à sa vie

Je me retrouve totalement dans cette définition et tous les jours j'y suis confronté. En effet, je reçois un certain nombre de message sur LinkedIn en me reprochant une image de profil non professionnelle (car je pose avec ma fille). Pourtant ma fille fait partie de ma vie et ma vie personnelle influencera ma vie professionnelle. C'est la raison pour laquelle je ne vois rien de "mal" à afficher une photo de moi avec elle. J'assume qu'elle fasse partie entière de ma vie et qu'elle aura des répercussions sur ma vie professionnelle. Elle est l'un de mes sens à ma vie. Mes actes et ma vie sont bien en cohérence.

Les moeurs changent

L’auteur fait une analogie qui m’a fait sourire concernant le mariage et la fidélité. On se marie moins mais la fidélité n'a jamais été aussi forte. Il parle du film Twilight, les protagonistes vont à gauche et à droite et ils se pardonnent. Ce qui est représentatif de la génération actuelle et très bien accepté. Pourtant, si nous faisons un bon de 30 ans auparavant (seulement) l’acceptation aurait été la bienvenue pour une minorité de la population et un outrage pour la majorité.

A quand la grève des consommateurs ?

Expérience « The compact »  : 1er janvier 2006, un groupe d’amis décide de ne plus rien acheter de neuf autres que les sous-vêtement, médicaments et produits de première nécessité et cela pendant 1 an. Ainsi ils ont vécu de troc, d’échange, de seconde main. Après un an, beaucoup d’entre eux ont continué. Encore mieux, le groupe a dépassé les 3000 membres la première année !

Nouvelle façon de consommer

La crise à augmenter le prix de l'essence. Par conséquent, les consommateurs ont fait attention. Mais lorsque le prix est redescendu, la consommation n'a pas augmenté car les gens ont adopté de nouvelles habitudes.

Nous sommes passés du dromadaire à une bosse, gaussienne, de normalité à un chameau avec deux bosses celle du hard discount et des produits de luxe. Ainsi, on peut voir des Ferrari sur le parking des hard discount, pendant que d’autres économisent une année pour partir en vacances avec Easy Jet et se rendre une semaine dans un palace !

courbe-double-bosses

L’iPhone est un produit de luxe, on achète des carottes bio mais on a une voiture qui a 10 ans dont on va attendre encore quelques années avant de la changer. Car depuis la crise, je ne l’utilise pratiquement plus.
Si je fais une connexion avec le livre Disruption, je me demande si le milieu de gamme va disparaître. D’un côté le premium va devenir la norme ainsi nous aurons soit du charter/hard discount soit un service +.

courbe-gauss

La consommation ; outil de révolution

De plus en plus de consommateur veulent comprendre les étiquettes des produits. Ils veulent savoir si l’entreprise a une démarche écologique ou citoyenne. D’ailleurs lorsqu’il y a une « tromperie » les consommateurs n’hésitent pas à boycotter un distributeur ou une entreprise.

Nutri-score-

Des couches bio avec des traces de glyphosphates

Lorsque j’écris ce paragraphe, j’ai acheté ce matin le 60 millions de consommateurs. Dans ce magazine vient de sortir leurs nouveaux tests sur les couches pour bébé ainsi aussi toute une panoplie de produits testés liés à la puériculture. Le dernier test de cette envergure sur ces produits date de 2016 (seulement !).

Conspiration ou non ? 

Ce qui m’a mis la puce à l’oreille c’est lors de la précédente publication (en 2016 donc) des études, Pampers avait été pointé du doigt. L'association avait pris contact et Pampers avait répondu qu’ils feraient le nécessaire pour améliorer la qualité de leur produit. Nous pouvons y voir un communication habile, sans engagement véritable de l’entreprise ? Nous verrons si nous sommes des mauvaises langues. Quoiqu’il en soit, en 2016, une marque bio avait été en tête du classement et leurs ventes ont explosé depuis.

Don't be evil

Cette nouvelle étude, donne un nouveau classement qui est pour le moins… renversant ! En effet la première place est Pampers et la dernière place est… cette société bio qui n’a pas maintenu ses engagements ! Les deux sociétés ont changé de fournisseur, l’une pour améliorer la qualité (et le prix a en effet augmenté), l’autre pour augmenter sa marge en utilisant des produits très mauvaises qualités tout en restant en lumière d’une excellente publicité indirecte.

Aujourd’hui nous pouvons bénéficier d’acteurs comme 60 millions de consommateurs, qui renouvelle très vite leur étude et je comprends pourquoi c’est un excellent point ! Ces études faites par des associations indépendantes est un outil de révolution consumériste !

Le capitalisme est-il moral ?

Le capitalisme peut être vu comme une autoroute dont les axes puissants et larges permettent de nombreux échanges grâce à des poids-lourds en dépit des plus faibles. 

Cependant si nous réservons une voie spécifique pour les voitures lentes, le système fonctionne en intégrant une pluralité d'acteur. 

Selon l'auteur, le capitalisme peut avoir une dimension morale uniquement en adjuvant le développement durable via 3 piliers suivants :

Social Environnement et eco

10 pistes pour un meilleur avenir

Pour conclure, l'auteur  fait appel à 10 pistes qui selon lui mérite toute notre attention. Je n'ai pas parler de la maladie du recyclage. Nous recyclons mal et dont on devrait s'inspirer de la Nature pour "sur-cycler". Et je laisse tout un pan entier sur le management d'entreprise dont je me ferai un plaisir d'écrire un billet de blog sur ce thème qui gangrène les entreprises et comment s'adapter à la nouvelle génération. Je te laisse avec les 10 pistes de réflexion de Jean Staune. 

  • Développer l’intelligence collective de l’entreprise et la créativité (Gore, Imatech, Inov’on…)
  • Etre une entreprise socialement responsable (The Body Shop, Patagonia, Syd Conseil,…)
  • Créer un social business, une partie du bénéfice est donnée à une oeuvre caritative (Comme Mbappé qui donne l'argent de ses titularisation ou l'entreprise Give Something Back)
  • Augmenter la productivité des matières premières actuellement gaspillées (Gunter Pauli)
  • Concevoir les produits, les usines, les villes comme des processus naturels (McDonough, Braungart, Aberkane)
  • Passer à une économie de la fonctionnalité : vendre un service et non plus un produit (Michelin)
  • Développer des produits pour améliorer la créativité, la communication et la mobilité (Apple)
  • Entrer dans une « nouvelle nouvelle économie» où le produit principal est gratuit (Google)
  • Surfer sur la longue traine, l’offre illimitée de produit grâce à Internet (Amazon, Netflix)
  • Etre simple dans un monde complexe (SpaceX, ….)
Dataïsme

Dataïsme

Suite à la lecture de Homo Deus, je vais reprendre certaines idées et les développer sous un angle personnel.

Il est vrai aujourd’hui nous avons un certain nombre d’applications sur notre smartphone qui nous permettent de suivre notre alimentation, le nombre de pas, la qualité de notre sommeil et tout un tas d'autres choses. Toutes ces données, dont leur traitement est minimes aujourd’hui, pourraient se développer et permettront de mieux appréhender nos comportements et également les maladies.

Tout d’abord, il est nécessaire de constater que nous sortons d’un monde de masse pour un monde individuel. Nous allons voir les impacts futurs surtout dans le monde de la santé d’un tel changement de paradigme.

Définition du datïsme

Pour reprendre le dataïsme, Yuval Harari en fait la définition, la métaphore suivante :

Les individus sont des puces, au même titre que les puces qui composent un ordinateur.

Yuval Harari - Homo Deus

Pour que le dataïsme se développe à l’échelle sociétale, il faut réunir un certain nombre de conditions :

  1. Accroître le nombre de personne potentiellement "connectable" (plus de monde donc plus de puissance de calcul)
  2. Différents processeurs (moyens d'être connectés) afin d'augmenter le dynamisme et créer des idées nouvelles
  3. Accroître le nombre de connexion entre les processeurs
  4. Les données doivent se déplacer librement
matrix world-dataisme
matrix world-dataisme

Monde centré sur la data

Nous sommes passés d’un monde :

  • Théocentrique : Dieu centre du l'univers
  • Homocentrique : l'humanisme, l’Homme construit tout autour de lui
  • Datacentrique : c'est la data qui contrôle l'univers

La seule manière de se connaitre c'est grâce aux data par exemple en séquençant son ADN. La multiplication des IoT, notamment ceux qui sondent notre biologie à chaque instant sont de fabuleux générateurs de data. N'oublions pas que la data est le pétrole brut du XXIe siècle.

petri adn numbers

La connaissance de soi passe par les chiffres

Avec les IoT et l'IA, les algorithmes savent mieux que nous, de ce que nous devons faire. Baseline study de Google, utilise Google Fit pour comprendre qu'elle est la meilleure façon de garder une bonne santé.

La combinaison gagnante est la multiplication des IoT qui permettent la création de data et l'IA, dont les algorithmes s'améliorent de jour en jour.

Le coût de la technologie diminue mais les plus riches ont toujours deux longueurs d'avance. L'ère de la masse est révolue. Il fallait beaucoup de soldats donc une bonne santé pour tous. Mais si une poignée d'Homme permet de créer beaucoup de valeur alors pourquoi maintenir un système de santé de masse ?

La fin des masses bienvenue aux classes d'élites

Si je suis en bonne santé, je peux utiliser la médecine pour devenir davantage meilleur, alors que les pauvres iront à l’hôpital pour régler leurs problèmes de santé. C'est en tout cas ce que dénonce certains scientifiques et d'autres adeptes du biohacking. Comme Serge Faguet qui a dépensé 200 000 dollars pour biohacker son corps (et son esprit). Entre nous, cher lecteur, il a écrit son récit dans les moindres détails ici.  

serge faguet improve

Peu importe le sens pourvu que j'ai le pouvoir

Être dans le flux de donnée signifie refuser son intimité, sa vie privée. Si une voiture autonome vient me chercher quand je sors de chez moi et me récupère quand je sors du boulot, la voiture doit connaître mes intentions et mes actions à chaque instant.

jaguar-voiture-yeux

Cela surprend toujours mon auditorat, mais Google fait déjà la différence d'intention dans une recherche. Notamment le moteur de recherche fait la différence entre l'intention d'acheter et l'intention de s'informer.  C'est un tout autre sujet dont j'en ferai un billet.

On peut reprendre les phrases : "peu importe le sens pourvu que j'ai le pouvoir" et "les gens seront dans le flux d'information
(cf. Homo Deus). A elles deux, forment un nouveau paradigme entraînant un changement colossal de notre société.

Peu importe que la machine sache tout de moi, pourvu que j'ai accès à un nombre de service premium à un coût réduit. Multiplié par le nombre de personnes qui fournissent les informations, cela donne un argument de poids pour supprimer les voitures qui polluent trop (écologie), éradiquer toute maladie (santé), diminuer la criminalité (sécurité), augmenter les ventes (commercial) etc. En bref toute la famille politique pourra se satisfaire de cette vision. D'ailleurs est-ce que la Chine en est déjà là ?

Le droit du tous connecté.es

J'image un jour (peut être), un hôpital type « Google » puisse exister. Sa promesse est simple, cet hôpital te permettra d’être en bonne santé et pour longtemps voire même de dépasser la moyenne de l’espérance de vie actuelle de ton pays.

google medical center

Son fonctionnement passera par un abonnement de moins de 100 dollars par mois (comme une assurance et mutuelle complémentaire incluse) et ainsi avoir accès à des examens et traitement de santé totalement pris en charge (évidemment toutes les maladies diagnostiquées seront totalement prises en charge sans sur coût).

Au-delà de la cotisation, il sera obligatoire pour ces membres de faire des check-up régulièrement dans les hôpitaux Google. En cas de manquement, un bannissement aux prestations serait ordonné. D’autre part, je suppose qu’il faille porter un bracelet qui compte les pas, prendre en photo ce que l’on mange, faire des prélèvements de ces excréments et adapter son régime et son mode de vie en fonction des résultats du mois précédent. Tout manquement sera sanctionné par un bannissement aux services proposés.

Trop contraignant ? Notre smartphone est capable de compter les pas, possède un appareil photo, une application de l'hôpital permettrait de créer les rendez-vous et les rappels nécessaires. Je le répète, chaque rendez-vous mensuel a pour but de trouver des maladies et de les guérir le plus rapidement possible, en tout cas de te maintenir en forme. Ainsi tu te retrouveras dans une bulle, plus je donne des infos plus je me sentirai en sécurité (plus j'alimente en données biologiques la base de donnée du géant GAFA). 

100 dollars par mois c'est cher ? Oui mais il n'est pas à exclure que le prix tant à diminuer voire même devenir ou être déjà gratuit ! N'oublions pas que Google Search est une machine incroyable qui coûte extrêmement chère à entretenir et pourtant l'outil est gratuit et utilisable du jour et de la nuit par des milliards de personnes ! Va créer un site qui supporte un milliard de personne par jour et on verra combien va te coûter, ne serait-ce les serveurs pour le faire tourner correctement !

3 questions issues de 3 processus mutés

L'auteur nous fait part de 3 processus en actuelle mutation.

  1. La science converge vers un dogme universel suivant lequel les organismes sont des algorithmes et la vie se réduit au traitement des données
  2. L'intelligence se découple de la conscience
  3.  Les algorithmes non conscients (mais forts intelligents) nous connaîtrons bientôt mieux que nous-mêmes

Ces 3 processus soulèvent 3 questions cruciales donc j'espère qu'elles vont se représenter dans ton esprit :

  • Les organismes ne sont-ils réellement que des algorithmes et la vie se réduit-elle au traitement des données ?
  • De l'intelligence ou de la conscience laquelle est la plus précieuse ?
  • Que deviendra-t-il de la société, de la politique et de la vie quotidienne lorsque des algorithmes non conscients, mais hautement intelligents, nous connaîtrons mieux que nous nous connaissons ?
Disruption : Préparez-vous à changer de monde

Disruption : Préparez-vous à changer de monde

Sans perdre de temps : un des meilleurs livres que j'ai lu en cette année 2018. Voilà c'est dit. En effet, un style très facile à lire, du coup on mange les pages rapidement. Pour ceux qui n'ont pas l'habitude de lire c'est plaisant. Même si je comprends plutôt bien le sujet, c'est un livre qui a un vocabulaire et une syntaxe accessible à toutes et à tous.

C'est un bon bouquin pour toute personne qui veut se lancer dans son business ou qui en a marre du salariat sans comprendre pourquoi. Stéphane Mallard pose des mots aux maux sociétaux. Ce livre doit également se retrouver dans les mains de manager, de chef d'entreprise ainsi que dans les Comex. Ceux-ci auront une larme de douleur à la lecture de certains paragraphes.

"Le rôle de la douleur, des déceptions et des idées noires n'est pas de nous aigrir, de nous faire perdre nos valeurs et notre dignité, mais de nous mûrir et de nous purifier". Peter camenzind - Hermann Hesse

Pour faire très simple, la "disruption" est un nouveau modèle d'entreprise qui est en rupture avec ce qui se fait. Uber est la disruption de monde des taxis. Amazon est la disruption des centres commerciaux. Mais pas seulement.

Dans l'introduction, Stéphane dit que la disruption est multiforme. Elle est technologique, sociale, sociétale, économique, anthropologique et transgressive. Et il nous emmène sous le prisme de la disruption sous chacune de ces formes. Renversant ! Je poursuis ce challenge d'un livre par mois, avec Disruption de Stéphane Mallard, je donne mon point de vue, et je reprends les idées qui m'ont le plus percuté. En te souhaitant une bonne lecture !

L'empathie la valeur refuge

Un niveau d'empathie élevé sera la compétence humaine faisant clairement la différence entre les entreprises/experts. Sans cette compétence, elles/ils seront sans activité à l'heure de l'IA. Nous sommes constamment (et on le sera de plus en plus) assistés par l'IA. La meilleure façon de pouvoir continuer à fournir des services haut de gamme (qui deviennent peu à peu la norme), c'est l'empathie. Par exemple, si tu es membre premium chez Amazon ou client Apple.

Un jour j'ai commandé des compotes pour ma fille. J'avais commandé 5 lots de 4 compotes. 2 pots ont été écrasés, j'ai nettoyé les autres et j'ai signalé un problème. Ils ne m'ont pas questionné ni demandé de justificatif et ont recommandé l'intégralité gratuitement, le tout livré en 24h. Pour ainsi dire, je n'avais pratiquement rien demandé. Ils ont fourni un service premium en anticipant ma demande (remboursement) et ont offert plus que ce que j'attendais (2 pots remboursés versus 20 nouveaux pots livrés le lendemain !).

Ce service "premium" devient peu à peu la norme. Nous devenons de plus en plus en exigeant car de nouveau acteur permet de fournir un service irréprochable à moindre coût. Je m'attends à un niveau équivalent pour tous les autres services, que ça soit pour prendre un abonnement pour les transports en commun comme pour avoir un rendez-vous avec le pédiatre.

I am a slasher and switcher

Je suis un slasher car je fais plusieurs métiers en même temps. Mes activités professionnelles font que je ne peux pas rester les bras croisés, et j'ai plusieurs passions. Je suis un switcher non pas, parce que j'ai quitté une grande entreprise mais plus par mon aversion au salariat. Le livre Jouez sa peau, m'a totalement convaincu que nous sommes des esclaves modernes dont l'entreprise nous dicte notre façon de penser et de se comporter. Je tiens bien trop à ma liberté et je ne conçois pas de limiter ma liberté enfermée dans une prison appelé bureau en échange d'un salaire.

Disruption ; Dilemme de l'innovateur

Toutes personnes issues de filière marketing ou commerciale connaît la loi de Pareto. La fameuse loi des 20-80, où en d'autres termes, "20 % de nos clients génèrent 80% de notre chiffre d'affaires". Le dilemme de l'innovateur est de trouver un produit ou un service qui permet de satisfaire les 80% des clients restant ! Ce qui est tout de même incroyable qu'une entreprise aujourd'hui fasse le nécessaire pour rendre le service optimal pour une minorité. (D'ailleurs dans l'article de Taleb, il explique justement le pouvoir des minorités.)

L'obsession du service client

Pour une entreprise traditionnelle, le client est un numéro dans une base de données qui permet la hausse du chiffre d'affaires. Si un client est mécontent : "faite le taire le plus rapidement".

Pour les disrupteurs, le client est une obsession. Ils résonnent plus ainsi : "c'est parce que nous leur apportons un service en or qu'il nous augmentera notre chiffre d'affaires". L'approche est totalement différente. Chez Amazon, plus haut j'ai dit qu'ils m'ont remboursé sans que je me justifie. J'ai été mécontent, mon problème a été très bien résolu. Par conséquent, je suis davantage heureux d'être leur client (la preuve j'en parle !). Pour un disrupteur, un client mécontent est une opportunité de faire ravir l'entreprise !

En d'autres termes, le dilemme de l'innovateur est donc de trouver un nouveau marché avec des revenus inconnus sur une cible méconnue. Ne pas se lancer est rationnel pour l'entreprise. On le lit à plusieurs reprises, les sociétés ne prennent aucun risque. Et justement, selon Stéphane Mallard (et d'autre d'ailleurs), ce manque de risque va les conduire à leur propre perte.

Aujourd'hui les nouveaux entrants dans un domaine procèdent ainsi. Un disrupteur va donc axer son business model en partant de ces 80%. Prenons Revolut ou N26, les néo-banques ; elles proposent des services "bas de gamme" donc très peu cher (pas de frais de banque, carte gratuite), en offrant une expérience réjouissante (ouvrir un compte bancaire en 8 minutes) tout en gardant un service client élevé (Revolut répond 24/7). Cela satisfait l'exigence des 80% des clients mais génèrent très de peu de CA. Lorsqu'elles atteindront une masse critique d'utilisateurs, elles proposeront d'autres services à fortes valeurs ajoutées.

Monkey first

Une métaphore que j'ai adoré dans ce livre, est le monkey first. Chez Google X, la branche de Google pour l'innovation, ont un adage le : "Monkey First". En effet, si l'on donne pour exercice :

"Construisez un piédestal et apprenez à un singe à jouer du Shakespeare"

95% des gens commenceront à construire le piédestal. En effet, nous le ferons pour montrer au manager que nous nous sommes mis au travail, et pris la difficulté à bras le corps. Alors que la plus grande difficulté est d'apprendre au singe à parler ! Les entreprises agissent de la même manière, elles contournent leur propre (vrai) problème et difficulté par des approches plus faciles et surtout pour avoir des résultats plus visibles.

Mon point de désaccord : le marketing

Oui le marketing a bien changé. En effet, le marketing traditionnel (faire de l'affichage urbain par exemple) n'a pas le vent en poupe car les campagnes digitales sont plus précises et plus flexibles. Selon Stéphane, le marketing va disparaître. Je ne suis pas contre cette idée, mais plutôt dans la réflexion.

Regarde mon thread sur Twitter :

Pourquoi ne voyons-nous pas que les choses vont de plus en plus vite ?

Nous sommes adaptés pour suivre

Stéphane nous apporte un élément de réponse à cette question fort intéressante. Notre cerveau est programmé pour suivre notre environnement immédiat. Par conséquent nous ne voyons pas l'inertie technologique qui nous entraîne de plus en plus vite. Comme un cycliste qui a la tête dans le guidon, il est très réactif au comportement de son vélo et suit la route avec un regard vif et une concentration maximale. Cette appréhension naturelle à voir notre environnement immédiat à un défaut. En effet, ce même cycliste a beaucoup de difficulté à voir l'issue de sa course, à visualiser le reste du parcours futur. Ainsi nous sommes aptes à utiliser toujours plus de technologie, mais nous manquons de discernement quant à notre avenir.

Neuro-augmentation pour aller toujours plus vite

Dans le dernier tiers du livre, Stéphane nous parle des pratiques de la Silicon Valley pour augmenter leur créativité, leur productivité toujours dans le but d'aller plus vite. Je ne vais pas spoiler la fin, mais c'est un passage où j'ai appris pas mal de chose, notamment l'influence du Burning Man !

Pour conclure, Disruption est un livre accessible à tous et que je recommande de lire. Que tu sois étudiants, salariés, à ton compte ou membre d'un Comex, il faut l'avoir entre les mains ! Pour moi cet ouvrage fait le résumé de plusieurs livres. Du livre La Guerre de Intelligence (pour le coté IA et tech),  de Jouez sa peau pour le côté anti-entreprise (entreprises qui ne prennent pas de risque, fin du salariat etc.) et Libérez votre cerveau (pour le coté cognitif et le style qui se lit tout aussi bien).

Etre autodidacte, faire plusieurs activités, apprendre plusieurs domaines et prendre des risques sont les qualités nécessaires pour les dix prochaines années. Je partage la même position que Stéphane concernant le devenir des entreprises traditionnelles. Elles vont toutes mourir, car la génération d'aujourd'hui est plus exigeante, nous avons le choix et perdons pas de temps pour changer. D'autant plus que nous voulons vivre des expériences incroyables et toujours dans un rythme de plus en plus important.

Un livre par mois : Jouer sa peau : Asymétrie cachée dans la vie quotidienne

Un livre par mois : Jouer sa peau : Asymétrie cachée dans la vie quotidienne

Je termine encore un livre passionnant et extrêmement complet. Encore une fois il est difficile de faire un résumer tant l'oeuvre est dense. Tout d'abord, un peu d'honnêteté, j'ai acheté ce livre sans connaître l'auteur. J'ai juste entendu que M. Taleb était un auteur provocateur, un ancien trader, adore les statistiques et est philosophe. Je me suis dis ce mec est un slasher ! M. Taleb est un homme de math, de sciences et d'histoire, sa manière de parler et son argumentation, le choix de ses mots sont d'une grande précision.

Dans Deep Work, Cal Newport dit à plusieurs reprises, pour rédiger un papier académique cela nécessite plusieurs années. Si nous prenons pour référence Wikipédia, nous voyons que l'auteur a rédigé une quarantaine d'articles techniques et académiques de 2010 à 2018 ! Nous comprenons à l'instant que M. Taleb est un féru de travail et très instruit.

Si tu ne le connais pas non plus, alors lis cet article en entier j'espère que je te donnerai envie d'en savoir plus sur ses écritures.

Read More Read More

Défi un livre par mois : Deep Work

Défi un livre par mois : Deep Work

Nous voilà en 2018 et c'est parti pour un nouveau défi ! Alors oui je n'avais pas réussi mon dernier défi mais il y eut d'autres victoires. Dans le but de m'améliorer toujours un peu plus, une méthode est de persévérer en fournissant plus d'effort dans un domaine où l'on est déjà bon plutôt que de se forcer à améliorer une faiblesse. C'est pourquoi je choisi de lire, au minimum, un livre par mois. Chaque mois, chaque fin de livre, je ferai un résumé en prenant 2 ou 3 idées percutantes de l'ouvrage et je t'expliquerai le rapport avec mon utilisation/perception.

Pour ouvrir le bal, on m'a offert Deep Work à noël. Une grande source de plaisir et d'information sur un domaine que je connaissais mal. Ce livre parle de comment entrer dans une concentration profonde afin de fournir un travail d'exception. A vrai dire, je suis plutôt ravi que de façon non consciente, j'ai développé mes propres techniques de concentration optimale pour fournir un travail de qualité. Je l'ai précédemment expliqué dans ce billet. Voici en substrat de quoi traite ce livre.

La concentration, clé de la réussite

Selon Cal Newport, il existe 3 types de personnes qui réussissent dans la vie :

  1. les personnes qui ont la capacité à maîtriser rapidement les choses difficiles
  2. ceux qui sont (déjà) superstar dans leur domaine
  3. et les autres, ceux qui ont accès aux capitaux

Si tu ne fais pas parti des catégories 2 et 3 alors tu as la possibilité de rentrer dans la première catégorie. Pour pouvoir maîtriser un domaine que tu ne connais pas, il te faut deux choses : de l'attention et du temps. L'attention, plus elle est profonde, plus tu apprendras intensément/rapidement. Mais sans y consacrer du temps, malheureusement tu ne pourras pas apprendre grand-chose. En soi, nous sommes capables d'apprendre n'importe quel domaine. Même les plus complexes, à partir du moment où nous décidons nous-mêmes de se motiver pour cela et que nous y sommes confrontés. Cette citation de John Locke résume fort bien cet argument.

Chaque situation nouvelle, chaque problème à résoudre amène avec lui l'opportunité rare d'apprendre quelque chose de nouveau. - John Locke

La concentration dans le milieu professionnel

Le travail en profondeur est de plus en plus précieux, tout en se faisant de plus en plus rare. En effet, les entreprises ne mettent pas à disposition le cadre idéal pour une concentration profonde. D'une part, nous trouvons de plus en plus d'open office, le bruit et le passage ne favorisent pas du tout la concentration. D'autre part, il n'existe pas ou très peu de formation, d'aide, à l'obtention des compétences pour arriver à une concentration optimale. Les entreprises ne misent pas du tout sur l'amélioration des capacités de travail de leurs collaborateurs.

Le travail en profondeur est de plus en plus précieux, tout en se faisant de plus en plus rare.

C'est dommage, car l'entreprise perd une force majeure de ses travailleurs. Et ces individus n'ont pas l'efficacité rêvée et s'épuisent à la tâche, créant par la même occasion des troubles physiques et psychiques qui, de facto, augmente le nombre d'arrêt de travail. Ce qui est dommage est aussi une opportunité pour ceux, qui justement prennent conscience de cet état de fait, pour travailler de manière intensive et faire clairement la différence avec leurs collègues !

Comment améliorer sa concentration

Selon l'auteur il y a 2 composants essentiels ;

  • ton attention est centrée sur une habilité bien précise
  • recevoir un retour permet de se corriger rapidement

Focus

Pour le premier point cela signifie que tu ne dois pas avoir de distraction lors de ton travail. Pas du tout. Aujourd'hui, nous vivons dans l'ère des réseaux sociaux. Selon l'auteur, ce sont les meilleurs outils pour limiter gravement la production des travailleurs. Le fait d'être constamment sollicité ne permet en aucune manière de rentrer fermement dans une concentration intense. Il cite des méthodes de plusieurs personnes qui ont travaillé de manière intense. On voit le retrait dans une cabane dans la forêt, à un aller-retour New-York/Tokyo sans escale. La personne étant enfermée dans un avion pendant 16 heures n'avait pas accès aux notifications. Son mode de vie s'est résumé à travailler, manger, travailler, dormir, travailler... tu as compris.

Feedback

Pour le deuxième point, il explique que l'Homme a besoin de contact avec ses pairs. En effet, avoir un mentor permet d'avoir une source de critiques constructives de ses travaux et ainsi créer l'amélioration de ceux-ci. Il explique ainsi, qu'après une longue période de concentration il est tout à fait nécessaire de partager ses travaux pour prendre les conseils de son entourage. En effet, des savants comme Einstein, passait considérablement du temps enfermé dans leur bureau sans aucun contact externe. En revanche, Einstein entretenait beaucoup de lettres avec d'autres savants (les e-mails de l'époque quoi). Ainsi, il se montrait disponible avec ses pairs pour discuter de sa théorie. Le mixte des deux est un point fondamental à la réussite de ces hommes.

Une nouvelle vision de la motivation

Pour conclure, je me rends compte que la concentration profonde créer une expérience du travail. Et plus elle est profonde et plus elle nous touche au fond de nous. Ainsi, travailler de cette mesure donne du sens à ce que l'on fait. Je m'explique, M. Newport reprend les travaux de Winifred Gallagher (1) (notamment de son livre RAPT), dont sa théorie se résume ainsi : les choses qui sont importantes sont celles à qui l'on prête le plus d'attention. En somme, rien n'est important sauf les choses pour lesquelles elles le sont pour soi-même.

Et si on additionne avec la théorie de Mihaly (2) ; notre cerveau a besoin de défi. C'est-à-dire, l'expérience optimale passe dans la concentration intense (qui provoque un sentiment de profondeur). Il fait allusion à cette concentration, comme quand l'on voit un enfant hyper-concentré, qui ne répond pas quand on l'appelle.

1 +2 = bâtir sa vie professionnelle autour de l'expérience optimale générée par le travail en profondeur est la voie assurée vers la satisfaction profonde. Enfin, donner du sens à ce que l'on fait est beaucoup plus important que de choisir un métier en fonction de ses tâches.

Je te laisse méditer sur cette dernière phrase, dis-moi sur les réseaux sociaux ce que tu en penses de ce nouveau format. Si tu as des lectures à me proposer je suis preneur.

La transréalité et l'égo-système ; conflit générationnel

La transréalité et l'égo-système ; conflit générationnel

Suite à l'annonce du ministre de l'éducation nationale de vouloir supprimer les téléphones portables des élèves en classe, je me suis posé la question de quel est le rôle du smartphone chez les jeunes. 80% des élèves ont un smartphone, cet appareil fait partie de notre vie quotidienne, voire considéré comme un prolongement de soi (cf. Petite Poucette de Michel Serres). Alors c'est vrai j'avais déjà écrit un long discours en deux parties (1 et 2) sur ma vision de l'école. Mais je voudrais rajouter une couche sur le clash générationnel qui nous vivons.

Nous sommes dans la transréalité

Ce néologisme vient tout de droit de Vincent Cespedès. Entre d'autres termes c'est le mixe de la réalité et du virtuel. Tout d'abord, nos préoccupations ont un niveau identique qu'elles soient virtuelles ou réelles. En ce moment je discute avec plusieurs personnes en même temps sur plusieurs réseaux sociaux. Je le sais constamment, et si je reçois un message je vais analyser très rapidement (presque instinctivement) si cela nécessite une réponse de ma part immédiate ou s'il/elle peut attendre.

Nous avons adopté une nouvelle position physique pour entrer en transréalité. Penché sur son téléphone nous sommes à la fois dans le réel ici et maintenant et également dans le virtuel.

Un outil transréel : snapchat

Tout d'abord, pourquoi snapchat n'est pas utilisé par les plus de 30 ans ? C'est symptomatique du conflit générationnel. Principalement, parce que l'application n'a pas de mode d'emploi quant au fonctionnement et de l'utilisation. Pour le fonctionnement on repassera car Snapchat utilise beaucoup d'intelligence artificielle !

snapchat-vision

Le mode d'emploi ? Une vidéo explicative de 10 secondes. Ensuite nous sommes dans le bain, directement, pas de leçon avec un contrôle. Nous sommes donc obligés de tester, se tromper fait partie du processus d'apprentissage et ainsi nous prenons possession de l'outil. En plus on peut partager nos découvertes avec les autres ! Ce qui est, pour la génération X, en contradiction avec leurs valeurs. Se tromper est synonyme d'échec, en plus on ne m'a pas expliqué correctement alors "j'y comprends rien".

Et puis ce format se détruit dans 24 heures ! Alors que l'ancienne génération y verrait une frustration d'avoir passé autant de temps pour communiquer quelque chose. Les jeunes eux, n'en donne peu d'importance. Le plus important c'est de faire vivre une expérience. Pour faire encore plus simple :

Support Message Expérience reçue
Ancienne génération SMS Je m'ennuie provoque de la pitié
Nouvelle génération Snapchat Je m'ennuie et je crée des copains virtuels fait sourire

C’était mon principal frein de l’école : pourquoi je n’aimais pas apprendre ? Alors que j'étais très curieux et j'apprenais plein de choses qui n'étaient pas enseignées à l'école. Pour la simple raison que j’allais avoir un contrôle sur cette matière. Et surtout avoir la correction deux semaines après !

Se tromper est la meilleure forme d'apprentissage

La correction fait partie du système d'apprentissage. Si on me donne la correction et qu'on enchaîne avec une nouvelle leçon, donc clairement on se moque de ce que tu as appris. Seule la note du contrôle compte, la correction est par conséquent une perte de temps sur le programme. Le contrôle était toujours vécu comme une tranchante sanction, la correction, une façon de remuer le couteau dans la plaie.

L'échec est seulement l'opportunité de recommencer de façon plus intelligente - Henri Ford

Pour revenir au réseau social qui lui est instantané, il permet de mélanger le virtuel dans le réel. La réalité augmentée est prépondérante et c'est ce qui fait l'un des succès de l'application. Je parlerais peut-être dans un autre article, le fait qu'ils ont séparé le "social" du "média", qui pour moi, est potentiellement une révolution en matière de communication digitale.

Pourquoi j'ai eu mon premier téléphone à 12 ans

Le téléphone mobile coûtait cher, les communications (pour pouvoir l'utiliser) aussi. Mes parents étaient d'accord pour que je prenne l'ancien téléphone de ma soeur (8 ans de plus que moi) car c'était un gage de sécurité. J'étais joignable à tout moment, la frontière communicative a disparu dès cet instant. Par sécurité, par prévention et non par utilisation, les enfants en ont tous été équipé. Aujourd'hui avoir un téléphone est nécessaire, tant le lien avec nos proches est puissant.

Nokia-3310
Le plus beau cadeau de noël de toute ma vie

A l'école

A la création de l'école, le professeur était celui qui savait. Il se tenait debout, d'autorité, et le pouvoir par le savoir. Les élèves étaient donc soumis aux professeurs. Aujourd'hui les élèves ont le pouvoir d'ubiquité grâce à ce "prolongement". Les professeurs doivent donc, utiliser l'augmentation cognitif de leurs élèves en classe.

L'école a été créé pour préparer les enfants pour le futur. Nous vivons dans un environnement changeant, la technologie est présente, nous sommes dans un monde transreel.

Ne pas évoluer = confiscation

En effet, retirer le téléphone c'est une manière de scléroser l'enseignement. Pour moi, cela signifie, l'école est comme au XIXème siècle et elle n'évolue pas.  Les élèves ne sont pas les mêmes, le degré de connaissance non plus. Le problème de concentration dont souffre les enfants peut être résolu par d'autres méthodes. Moi le premier, dans une conférence je vais regarder mon téléphone si la personne qui parle n'est pas intéressante.

C'est un peu le même discours que j'avais écrit concernant les entreprises qui ne s'adaptent pas aux millénials.

L'école du futur n'aura peut-être plus de professeur. Comme le souligne Dr Laurent Alexandre, le Montessori du XXIème siècle sera la combinaison entre le Smartphone + un orateur + plateforme.

L'égo-système

Pourquoi les jeunes partagent-ils autant de vidéos inutiles, sans aucun sens ? Pour Vincent Cespédes, nous digérons la vie chacun à notre rythme et à notre manière. Lorsque nous sommes confrontés à des situations drôles, dangereuses, choquantes, nous devons les encaisser.

Nous avions vu dans cet article, la conscience de soi passe par l'image que les autres ont de nous. Le fait de partager des images, vidéos, articles, permettent de donner de l'information à une autre personne. Les humains ont besoin de savoir ce que les autres pensent d'eux. En d'autres termes, le fait de partager une vidéo débile, signifie "je pense à toi, qu'est-ce que tu penses de moi maintenant ?".

Et puis on peut toujours se dire que les algorithmes nous emmènent parfois n'importe où. Dernièrement, je me suis retrouvé en face de cette vidéo alors que la vidéo précédente était CNN traitant de la montée du Bitcoin !

Et mieux comprendre ce phénomène à part entière je te suggère cet article : "Pourquoi une soirée entre potes se termine souvent devant des vidéos bizarres".

Source

 

Pourquoi je hais les banques

Pourquoi je hais les banques

En fait, mon inspiration pour cet article provient de mon expérience avec les banques. Les banques révèlent le pire de plusieurs mondes et les font ressortir.

Bien sûr, tu peux haïr les banques pour de très bonnes raisons. Comme le fait qu'elles sont des sociétés prédatrices qui provoquent des crises financières gigantesques et la misère. Quand tu sais que le nombre d’opérations est “limitée” à la nanoseconde... c’est-à-dire qu’elles ont le droit jusqu’à 1 milliard d’opérations à la seconde (trading). Ou qu'elles volent aux pauvres pour donner aux riches. Ce sont d'excellentes raisons de détester les banques que je n'ai pas l'intention de nier. Mais ce sont des raisons plutôt abstraites. Ma haine provient de problèmes quotidiens beaucoup plus concrets…

Chaque fois que j’ai besoin (et je trouve que j’en ai souvent besoin), comme lorsqu'elles bloquent ma carte de crédit sans raison valable, c'est la pire expérience possible. C’est long, inefficace et aliénant. Je me sens énervé et stupide en même temps.

Je suis convaincu que l'expérience s'est bien aggravée avec le temps. Ce n'est pas que les gens aient tous aimé leurs banques dans les années 50, mais au moins leurs banques avaient un visage. Un agent qu'ils connaissaient et qui les connaissaient. Un être humain qui était habilité à résoudre au moins certains de leurs problèmes.
La raison paradoxale pour laquelle les banques offrent maintenant la pire expérience possible c’est qu'elles ont traversé une transformation numérique partielle et organisationnelle. Donc, aujourd'hui, elles combinent le pire de l'ancien monde avec le pire du nouveau monde.

La pire expérience possible

Tu as déjà essayé d'obtenir un prêt ou ouvrir un compte professionnel ? Ou simplement retirer une somme importante (enfin demander des grosses coupures) ? Ou alors récupérer ton argent sur un compte de placement ?

D'abord, tu dois prendre un rendez-vous, ce qui est une épreuve en soi ! Car soit tu dois appeler et attendre 15 minutes avec une musique débilitante qui semble conçue pour t’énerver. Qu'est-ce que Vivaldi penserait s'il savait comment sa musique est utilisée de nos jours ? Tu me diras, moi je vais au guichet, alors tu fais la queue juste pour prendre rendez-vous. Si tu veux prendre rendez-vous dans ta banque où tu as déjà un compte alors elle possède sans doute une application. Wow. Sinon, il est rarement possible de le faire en ligne ! J'ai écris à mon conseiller pour faire une opération sur mon compte j'ai reçu un mail automatique disant qu'il était en vacance. C'est super de savoir qu'il est en vacance et du coup tu dois attendre qu'il fasse sa vie ? Pour une institution qui pratique des AGIOS à la journée c'est quand même dégueulasse de laisser son client attendre 10 jours que M. André revienne des Bahamas...

Des frais pour un service compliqué

Aller en ligne est généralement un cauchemar car les sites bancaires semblent avoir été conçus par des ingénieurs sadiques qui veulent te punir pour un travail qu'ils détestent. La conception est tout sauf intuitive. Il est difficile de trouver l'information dont tu as besoin. Il y a beaucoup de mots de passe. Ou mieux encore, ils t’ont fourni un périphérique spécial pour générer des codes de sécurité, comme HSBC Secure Key. Si tu le perds, tu ne peux pas te connecter. Bonne chance si tu as besoin d’obtenir une info !

La sécurité avant tout !

Des problèmes de sécurité seront généralement avancés pour justifier le manque total de transparence. C'est HORRIBLE, donc il faut que ça soit SECURE. Peut-être que certaines personnes pensent que c'est sécurisé quand c'est particulièrement horrible. En effet, c’est peut-être la raison pour laquelle peu de clients se plaignent réellement. La «sécurité» voilà pourquoi tu ne peux pas tout faire en ligne. Ils vous combineront le téléphone, l'ordinateur et le courrier postal. Personnellement, la plupart des courriers postaux que je reçois aujourd'hui proviennent des banques (en plus je paie quand c’est une lettre de rappel !).

Mais pire, par exemple, si tu fais un transfert en ligne avec ton ordinateur tu as besoin de ton téléphone ou d’une carte chiffrée. Non seulement ce n’est pas simple mais en plus ils prennent des frais sur le change (entre devises) pourquoi ?! Et si tu dois changer ton numéro de téléphone... tu dois attendre qu'ils t’envoient un code d'activation par courrier !

Véritable exemple chez BNP :
image-hais-banques

Les employés de la banque ne t’aideront pas

Depuis plusieurs années je suis mécontent du service bancaire. Véritablement, le service client est tellement détestable que ça soit à la BNP, Caisse d’Epargne ou autres. Et c’est aussi pour cette raison que je me suis décidé à écrire cet article. Jusqu’à quelques jours j’ai été client dans 4 banques différentes. J’ai fait le calcul, en 10 ans j’ai vu en moyenne 4 conseillers différents par banque. Au total 40 conseillers/res ont débuté une relation commerciale avec moi. Pourtant seulement 2 ou 3 conseillers/res m’ont donné une belle image de leur succursale. De plus, l'expérience bancaire a cette couche supplémentaire de méchanceté, car les employés de la banque peuvent souvent être grossiers ou arrogants (notamment au téléphone).

Maintenant que j'ai vécu à la frontière Suisse pendant près de 6 ans, je peux dire que les employés de banque ont tendance à être plus gentils en Suisse qu'en France. Mais j'ai trouvé que l'expérience générale n'était que légèrement meilleure parce que les employés des banques sont aussi inefficaces et impuissants que ceux de France. Cela m'a conduit à réfléchir sur les raisons.

Certains employés du Crédit Mutuel ont peur d'être remplacé par des bots. Si seulement les bots étaient de l'intelligence artificielle bien rodées qui permettraient de les remplacer... Ce n'est pas encore le cas mais vous allez y passer.

Les raisons de ma haine

  1. Les banques sont des organisations “fordiste”. Dans une recherche d'efficacité accrue, elles ont centralisé beaucoup de leurs activités. Dans le but de réduire les coûts.
  2. Elles ont embauché des employés moins qualifiés (souvent plus jeunes). Par conséquent, ces employés n'ont pas le statut et l'autorité de leurs prédécesseurs. Ils ne sont pas seulement moins payés, ils ne sont pas non plus habilités à en faire autant. Même s’ils sont véritablement compétents et bien intentionnés ( j’en n’ai aucun doute), ils ne sont pas habilitées à t’aider. Car ils dépendent des services centralisés : "Permettez-moi de vous répondre, je dois transmettre votre demande à l'équipe dédiée".

Les banques sont des organisations bureaucratiques qui sont devenues encore plus bureaucratiques après la réorganisation de leurs services !

  1. Lorsque les employés et les utilisateurs (clients) éprouvent de la douleur, la bureaucratie devient la “bureau-pathologie”. D’une part, étant donné l'écart est de plus en plus large entre les employés et les attentes des utilisateurs, et d’autre part, le modèle organisationnel bureaucratique est perçu comme encore plus «pathologique». Ainsi, cela crée un sentiment d'aliénation qui vide le travail de sa signification.

Finalement, pour toutes ces raisons, il y a un turnover important (les employés partent). En tant que client, comme je l’ai dit précédemment, tu es rarement servi par le même employé pendant une longue période. Cela rend la continuité du service client instable. Tu dois souvent expliquer les choses encore et encore. A l’évidence, rend-toi compte que la majeure partie des banques sont fermées le lundi ! Nous sommes en 2017, elles ouvrent à 9h sont fermées pour la pause déjeuné et elles ferment à 17h30... Dans ces conditions, nous ressentons ce sentiment aliénant d'être juste un numéro anonymisé écrasé dans un rouage rouillé.

Lorsque le numérique rend le service encore pire

Plutôt que de rendre les choses plus faciles, les outils numériques rendent toute l'expérience pire parce que tu ne peux pas tout faire en ligne. Le design est à revoir et puis de toute façon tu auras besoin de la Poste ou du téléphone. Alors pourquoi ne pas tout faire via la Poste dans ce cas ? Paradoxalement, si tu veux aller plus vite en allant directement à ta succursale, ils te demanderont de remplir un formulaire en ligne. En règle générale, le numérique ne te sauvera pas. Souvent parce que tu dois remplir des formulaires en ligne et hors ligne.

Tu peux aussi lire cet article où j’explique que les banques sont en train de vivre leur moment “kodak”. Cette société américaine qui a fait faillite car elle n’a pas su prendre la bonne décision concernant l’innovation de la photo numérique (dont elle avait fait la découverte !).

Ressources informatiques mal maîtrisées

Après de longues recherchent, très peu de banques ont résolu leur problème de patrimoine informatique. Les systèmes hérités, développés et mis en place il y a plus de 20 ans, ont été au coeur de la transmission des paiements, du traitement des transactions bancaires et de la gestion des comptes. Les banques dépensent 80% de leur budget informatique pour maintenir (ou améliorer) leur base informatique existante. Donc tout cela laisse très peu de progrès stratégique à long terme. Comme la plupart des cadres considèrent l'informatique comme un « coût », ils veulent naturellement « réduire » ces coûts. Par conséquent, les ressources en IT ont été « externalisées ». Enfin, cela a été un désastre pour les banques parce que les attentes des consommateurs ont changé rapidement.

Des nouvelles banques dans la danse

L'héritage informatique est une très bonne explication. Cependant, pour avoir ouvert un compte chez Revolut et N26, ils proposent tout de même un service à la hauteur de mes attentes. J’en conviens Revolut n’est pas une banque à proprement parlé mais plus d’un portefeuille, dans lequel tout frais de change est aboli. La carte est gratuite également.

Pour N26, comme indiqué sur leur site, la création d’un compte prend 8 minutes et une vérification via un opérateur en appel visio prend 8 minutes de plus. Les formulaires sont en ligne, une question ? Il y a une FAQ sinon il y a un chat ou bien twitter. En 16 minutes j’ai ouvert un compte sans prise de rendez-vous, sans me déplacer. D’ailleurs j’ai posé 3 questions. Deux répondues instantanément et une autre sur Twitter qui a pris 12 minutes. Je reçois une notification sur mon portable pour toutes transactions. Je suis alerté instantanément quand je reçois de l’argent et quand je paie. Ai-je besoin d’autre chose ?

Tout est une question de contrastes

Ce qui rend l'expérience bancaire si grave, c'est qu'elles mettent en évidence de forts contrastes. Ces contrastes les rendent insupportables. Le contraste entre un monde où tout est plus flexible et la rigidité ancienne d'une banque. Avant nous avions une seule banque avec le salaire du couple et les crédits. Aujourd’hui nous avons plusieurs comptes dans plusieurs banques (mon crédit étudiant ici, mon compte de naissance par-là, des placements autre part etc.).
Alors que les banques essaient depuis 20 ans de rajeunir leur image et de montrer que les agents n’ont pas les “dents longues”. Pourtant, avec la multibancarisation et le besoin d’avoir un lien humain et personnalisé sont des aspects primordiaux à prendre en compte aujourd’hui.
Et puis qu’est-ce qui nous fait rester ? Je veux un crédit immobilier ou un prêt conso ? Je peux demander dans n’importe quelle banque. Alors oui je te hais.

 

Crédit photo article : Fuze

Quel est le sens de la vie dans un monde sans travail

Quel est le sens de la vie dans un monde sans travail

Ce billet fait lien et suite de celui-ci.

La plupart des emplois qui existent aujourd'hui pourraient disparaître dans quelques décennies. En effet, l’intelligence artificielle (IA) surpasse les humains dans plus en plus de tâches. Elle remplacera l’Homme dans plus en plus d’emplois. Beaucoup de nouvelles professions sont susceptibles d'apparaître, prenons pour exemple : designer de monde virtuel. Mais ces professions exigeront probablement plus créativité et de flexibilité. On ne sait pas si à 40 ans, un ex-chauffeur de taxi au chômage ou ex-conseiller en assurance sera en mesure de se réinventer en tant que concepteurs de mondes virtuels. D'ailleurs j'essaie d'imaginer un monde virtuel créé par un conseiller en assurance ! Et même si l'ex-conseiller en assurance fait la transition en concepteur de monde virtuel, le rythme des progrès est tel qu'une dizaine années suffira par le rendre obsolète. Dès lors il devra encore une fois, se réinventer.

L'intelligence artificielle va créer une nouvelle classe sociétale

Le problème crucial n’est pas de créer des nouveaux emplois. Le problème crucial est de créer des nouveaux emplois dont les humains réussissent mieux que les algorithmes. Par conséquent, d'ici 2050, une nouvelle catégorie de personnes pourrait émerger - la classe inutile. Les gens qui ne sont pas seulement au chômage, mais “inemployables”.

La même technologie qui rend l'homme inutile, pourrait aussi soutenir des masses inemployables par un certain système de revenu de base universel. Le vrai problème serait alors de garder les masses occupées et heureuses. Les gens doivent se livrer à des activités utiles, sinon ils deviendront fous. Alors, que ferait la classe inutile de toute leur journée ?

Nous menons une vie comme un jeu vidéo

Une réponse pourrait être les jeux vidéos. Sur le plan économique les personnes licenciées pourraient passer une quantité croissante de temps dans des mondes de réalité virtuelle. Ce qui leur donnerait beaucoup plus d'excitation et d'engagement émotionnel que le « monde réel ». Ceci, en fait, est une solution très ancienne. Depuis des milliers d'années, des milliards de personnes ont trouvé un sens à jouer à des jeux de réalité virtuelle. Dans le passé, nous avons appelé ces jeux de réalité virtuelle « religions ».

Qu'est-ce qu'une religion, sinon un grand jeu de réalité virtuelle joué par des millions de gens ? Les religions inventent des lois imaginaires, tels que « ne pas avoir de relations sexuelles avec une personne de même sexe », « ne pas manger de porc », « répéter les mêmes prières un certain nombre de fois par jour », et ainsi de suite. Ces lois existent que dans l'imagination humaine. Aucune loi naturelle exige la répétition de formules magiques, et aucune loi naturelle interdit l’homosexualité ni de manger du porc. Les croyants passent leur vie en essayant de gagner des points dans leur jeu. Si vous priez tous les jours, vous obtenez des points. A l'inverse, si vous oubliez de prier, vous perdez des points. Si la fin de votre vie, vous gagnez assez de points, vous allez au prochain niveau du jeu (c’est-à-dire le paradis).

La réalité virtuelle n'a pas la forme que l'on imagine

Comme les religions nous montrent, la réalité virtuelle n'a pas besoin d'être enfermée dans une boîte isolée. Au contraire, il peut se superposer à la réalité physique. Dans le passé, cela a été fait avec l'imagination et des livres sacrés. Au 21ème siècle il peut être fait avec les smartphones.

L’année dernière j’ai chassé des Pokémon avec ma fiancée. Alors que nous marchions dans la rue, je regardais mon smartphone, ce qui m’a permis de repérer les Pokémon tout autour de nous. Elle ne voyait pas de Pokémon du tout, parce qu’elle n’avait pas (encore) téléchargé l’application. Ensuite, nous sommes allés au parc, il y avait des dizaines et des dizaines de personnes qui “chassaient”. J’ai trouvé une grande similitude avec la situation conflictuelle dans la ville sainte de Jérusalem. Quand vous regardez la réalité objective de Jérusalem, tout ce que vous voyez ce sont des pierres et des bâtiments. Il n'y a aucune “sainteté” nulle part. Mais quand vous regardez à travers le moyen de “smart-book” (tels que la Bible et le Coran), vous voyez partout des lieux saints et des anges.

L'idée de trouver un sens à la vie en jouant à des jeux de réalité virtuelle est évidemment commun non seulement aux religions, et aussi aux idéologies laïques. Le consumérisme est aussi un jeu de réalité virtuelle. Vous gagnez des points en acquérant de nouvelles voitures, en achetant des marques ou de prendre des vacances à l'étranger. Si vous avez plus de points que tout le monde, vous vous dites que vous avez gagné le jeu. Peut être que le succès des réseaux sociaux en est pour quelque chose. Nous aimons dévoiler nos points gagnés, nos voyages, notre vie (pourvu qu’elle soit meilleure que la tienne).

facebook -gagne-des-points

Nos pensées dictent notre sens de la vie

On peut objecter que les gens aiment vraiment leurs voitures et les vacances. C'est certainement vrai. Et les religieux apprécient vraiment la prière, les cérémonies, et j’ai vraiment aimé la chasse aux Pokémon. En fin de compte, l'action réelle prend toujours place à l'intérieur du cerveau humain. Est-ce important que les neurones soient stimulés en observant des pixels sur un écran d'ordinateur, en regardant dehors par la fenêtre d'une station balnéaire caribéenne ou en voyant le ciel dans les yeux de l'esprit ? Dans tous les cas, le sens que nous attribuons à ce que nous voyons est généré par notre propre esprit. Il est pas vraiment « là-bas ». Notre vie est transréel.

"Aux meilleurs de nos connaissances scientifiques, la vie humaine n'a pas de sens." - Ludo Louis dans un bar en juillet 2011 vers 2h14

La puissance de la suggestion

Selon Bernard Michel Boissier, le cerveau n’apprend pas et ne prend pas de décision. Ce qui fait de lui, cette machine extraordinaire est la suggestion. Cette voix qui parle au fond de nous fait fonctionner tout son potentiel. Le sens de la vie est toujours une histoire fictive créée par nous les humains.

Si vous avez à la maison un fils adolescent qui aime les jeux vidéos, vous pouvez effectuer votre propre expérience. Lui fournir une subvention minimum de Coca-Cola et de pizza, puis supprimer toutes les demandes de faire ses devoirs et toute supervision parentale. Le résultat probable est qu'il restera dans sa chambre pendant des jours, collé à l'écran. Il ne fera aucun travail ni le ménage, n'ira pas à l'école, sautera les repas, les douches et le sommeil. Pourtant, il est peu probable qu’il souffre d'ennui ou d’un sentiment d'inutilité. Du moins pas à court terme. Et la suggestion, précédemment citée, lui dira que sa vie n'a peut-être pas plus de sens d'être devant cet écran.

D'où les réalités virtuelles risquent d'être la clé pour donner un sens à la classe inutile du monde après le travail. Peut-être que ces réalités virtuelles seront générées à l'intérieur des ordinateurs. Probablement qu'ils seront générés en dehors des ordinateurs, sous la forme de nouvelles religions et idéologies. Eventuellement, ce sera une combinaison des deux. Les possibilités sont infinies et personne ne sait.

La fin du travail ne signifie pas disparition du sens de la vie

Dans tous les cas, la fin du travail ne signifie pas nécessairement la fin du sens de la vie, parce que le sens de la vie est généré par l'imaginaire. Le travail est essentiel pour avoir un sens de la vie uniquement selon certaines idéologies et modes de vie. L’Angleterre du XVIIIe siècle, les écuyers, les juifs ultra-orthodoxes actuels, et les enfants dans toutes les cultures et les époques ont trouvé beaucoup d'intérêt ainsi qu’un sens à la vie sans même travailler. Les gens en 2050 seront probablement en mesure de jouer des jeux plus profonds et de construire des mondes virtuels plus complexes que dans aucune autre époque de l'histoire.

Mais qu'en est-il de la vérité ? Qu'en est-il de la réalité ? Est-ce que nous voulons vraiment vivre dans un monde où des milliards de personnes sont plongées dans des fantasmes, poursuivant des objectifs à faire semblant et obéir aux lois imaginaires ? Eh bien, que cela plaise ou non, c'est le monde où nous vivons depuis des milliers d'années déjà.

Etude McKinsey - un robot va-t-il remplacer ton job ?

Etude McKinsey - un robot va-t-il remplacer ton job ?

Etude McKinsey ; remplacé par un robot ou pas

Les progrès récents dans l'intelligence artificielle ont rendu techniquement possible d'automatiser de nombreuses tâches.

Cependant la complexité du travail moderne signifie aussi que les gens font plusieurs opérations différentes. Les travailleurs, et surtout les cols blancs, complètent une grande variété de tâches au travail.

Cette calculatrice interactive, basée sur les données du McKinsey Global Institute, donne une indication de la façon dont l'avenir du travail va changer. L'IA et de l'automatisation vont tout simplement remplacer les activités professionnelles des travailleurs.

étude mckinsey job remplacé par robot
étude mckinsey

Presque toutes les professions à certaines tâches près peuvent être automatisées. Cependant, selon l'étude McKinsey, moins de 5 pour cent des professions peuvent techniquement utiliser des processus entièrement automatisée.

A savoir, même pour des activités techniquement automatisable, la mise en place dépendra d'un certain nombre de facteurs :

  1. le coût du déploiement de solutions robotiques,
  2. les avantages économiques de cette opération,
  3. l'offre et la demande de main-d'œuvre humaine,
  4. la réglementation et,
  5. l'acceptation sociale

Méthodologie de l'étude McKinsey

Selon l'étude, la mise en place en fonction de ses critères pourrait prendre des dizaines d'années, même si la technologie est réalisable actuellement.

Elle a été réalisé en utilisant les données du Bureau des statistiques du travail des États-Unis. 820 professions analysées dont il existe environ 2 000 activités uniques. McKinsey a ensuite évalué, pour chaque activité, quelle combinaison de 18 capacités de performance différentes étaient nécessaires pour effectuer cette activité.

Par exemple, le travail du conseiller vendeur se compose d'activités telles que « Saluer le client », «Démontrer les caractéristiques du produit», etc. Le salut des clients requiert des capacités telles que la «perception sensorielle», avoir une «sensibilité sociale et émotionnelle» et «génération de langage naturel».

Dès lors, l'étude a ensuite considéré quel niveau de performance de cette capacité est nécessaire. En fonction de la façon dont les humains effectuent actuellement ces activités. Ils ont également évalué si la technologie d'automatisation existante pouvait atteindre le même niveau de performance. De plus, une activité est considérée techniquement automatisable uniquement si la réponse est oui pour toutes les capacités requises pour effectuer cette tâches.

 

 

Le défi auquel nous sommes confrontés aujourd'hui n'est pas un « monde sans travail », mais un monde qui change rapidement de travail

Le défi auquel nous sommes confrontés aujourd'hui n'est pas un « monde sans travail », mais un monde qui change rapidement de travail

Cet article fait référence à ce précédent billet.

Le rythme des progrès dans l'intelligence artificielle et l'automatisation s'accélère rapidement

Dans l'unique mois de février, ce ne sont pas moins de cinq informations importantes que j'ai vu:

  • Google DeepMind Ltd à Londres, a développé un système pour numériser 1 million d' images à partir de scanner de l' oeil. L'IA sera suffisamment compétente pour repérer des maladies de l'oeil beaucoup plus tôt qu'un humain le pourrait.
  • Rethink Robotics Inc. de Boston, Massachusetts, fondée par l'ancien directeur du MIT AI Lab. Rodney Brooks, a fait des améliorations incroyables à ses robots Sawyer. Ce sont des robots que l'on peut entrainer très rapidement pour des tâches routinières. Mais il est aussi capable de procéder à des vérifications techniques dignes d'un expert.
  • H & R Block ont commencé à utiliser le système informatique Watson d'IBM pour maximiser les déductions des clients. Watson "connaît" des milliers de pages de code sur l'impôt fédéral et mettra à jour les changements à mesure de son apprentissage.
  • NuTonomy Inc., une startup développant les voitures auto-conduites basées sur la technologie du MIT. Ils ont lancé une petite flotte de taxis autonomes à Boston.
  • Forward , San Francisco, une startup fondée par l'ancien directeur des projets spéciaux de Google. Ils tentent de déplacer les soins de santé traditionnels aux soins proactifs grâce à l'utilisation de l'IA en raccourcissant le temps des diagnostics.

Le Deep Learning et les réseaux neuronaux ont considérablement amélioré leur propre efficacité. Cela conduit à des performances de niveau humain dans de nombreux domaines; tels que la vision, de la parole (conversationnelle) et la résolution de problème. En conséquence, les industries sont au milieu d'une transformation majeure de grande envergure.

Mais il y a aussi un changement sociétal

Le revenu médian en Amérique est plus faible aujourd'hui que dans les 15 dernières années. Comme on le voit dans les récentes élections américaines, il y a insatisfaction quant à la répartition inégale des avantages du progrès technologique. Recherche IDE soutient les gouffres que beaucoup ressentent.

Les rumeurs au sujet des robots qui remplacent de plus en plus le travail humain sont d'actualité; avec des préoccupations légitimes. Bien sûr, ce n'est pas la première fois que l'automatisation a transformé les usines. Cependant avec des technologies IA de plus en plus fiable d'aujourd'hui, l'automatisation commence à se glisser dans les domaines qui semblaient à l'abri de ce changement, comme le droit, l'éducation, et journalisme.

Au milieu de toutes ces merveilles, il est important de se rappeler qu'il n'y a pas de pénurie de travail qui peut être fait que par les humains. Comme dans ce précédent billet, j'explique qu'il y aura toujours du travail mais pas forcément avec des emplois. Et cela restera vrai pour de nombreuses années. Le défi auquel nous sommes confrontés aujourd'hui n'est pas un « monde sans travail », mais un monde qui change rapidement de travail. La réponse est donc non pas simplement de remplacer le revenu pour les travailleurs étant déplacés par la technologie, mais de les préparer à faire de nouveaux emplois. Ces emplois qui font cruellement défaut dans l'éducation, les soins de santé, les infrastructures, le nettoyage de l'environnement, l'esprit d'entreprise, l'innovation, la découverte scientifique, et beaucoup d'autres domaines.

Le travail oui, mais différemment

Comment ? Trop de dirigeants patronaux et syndicaux ainsi que des hommes politiques, sont devenus complaisants. Ils craignent un avenir qui va perturber (disrupter) les modèles et les économies actuelles. Mais la solution à la disruption n'est pas de protéger le passé du futur ni de geler les anciennes façons de faire. C'est garantir l'échec. La meilleure voie à suivre est d'adopter des outils et des modèles émergents qui non seulement créent des biens et des services, mais la prospérité générale.

Le développement de produits et des services IA d'une manière compétitive, ne doit pas entrer en conflit avec le déploiement - et le redéploiement - de la main-d'œuvre.

Au lieu de penser l'IA comme un jeu à somme nulle, ou un moyen d'automatiser des emplois et des services existants. Les dirigeants avant-gardistes reconnaissent que la technologie apporte une valeur ajoutée. En développant des emplois et stimulant la productivité.

Quand la technologie vient compléter les travailleurs humains, qui les rend plus productifs, et réduit également les coûts (La nouvelle société du coût marginal zéro ? prédit Jeremy Rifkin), les entreprises et les employés sont mieux lotis.

 

Source