Challenge 24h jeûne hebdomadaire

Challenge 24h jeûne hebdomadaire

Le jeudi 10 mai je m'étais fixé un nouveau challenge ; celui de ne pas manger pendant 36 heures d'affilées toutes les semaines. Cependant, je me suis autorisé toutes les boissons (hors shaker de protéine évidemment). Pour que l'expérience semble complète, j'ai voulu le faire pendant 4 semaines (donc 4 jeudis).

Je ne l'ai pas fait pour des raisons de régime ou perte de poids. J'ai lu à plusieurs reprises, un peu comme la méditation, que le jeûne hebdomadaire favoriserait la concentration, la productivité voire une sorte de purification de l'intérieur. Exactement comme pour la méditation, je préfère expérimenter par moi-même pour m'en faire un avis solide. Je vais te raconter mon ressenti sur chaque jour.

Premier jour de jeûne

Jeudi 10 mai

C'est mon premier jour, je me lève il est 5h15, je n'ai pas manger depuis hier 20h. J'ai toujours faim le matin, et ce matin n'en déroge pas la règle... Mais je pense que le plus dur sera à midi.

14h30

J'ai eu très faim à midi, mais là depuis 30 minutes la sensation est passée. J'ai toujours faim mais moins. La sensation d’écœurement à pris le dessus sur la faim. Je pense que mon rythme circadien me dit "passé les 14 heures tu ne manges pas alors je considère que tu as déjà mangé". J'ai bu deux cafés ce matin avec un sucre et pratiquement un litre d'eau en cumulé. C'est étonnant mais je n'arrive pas à savoir si je vais tenir jusqu'à ce soir ou demain tant c'est difficile. D'ailleurs, seulement quelques heures sans manger et je ne fais que penser aux personnes dans le besoin qui contrairement à moi, n'ont pas choisi de ne pas manger.

17h30

Pour ceux qui ne me connaisse pas, je mange toujours un goûter à 16h30 voire 17h30. A 16h nous étions au parc et ma fiancée à manger une crêpe au Nutella autant dire que ça été extrêmement difficile. Mais j'ai tenu le coup. En revanche, ma sensation de faim s'est transformée en sensation d'écœurement. Une sensation d'envie de vomir mélangée à la sensation de faim. J'ai la gorge sèche, je sens que mon corps brûle de l'eau. Je bois beaucoup d'eau, beaucoup plus que d'habitude. Nous sommes une semaine avant le ramadan et les musulmans n'ont pas le droit de boire, ce qui doit être vraiment très difficile...

19h30

Je suis à bout, j'en ai marre de boire de l'eau. Je suis assis au sol dans la cuisine. Je me sens faible, et deux solutions s'ouvrent à moi. Soit je dors maintenant et je pense peut être réussir mon défi, soit j'attends encore 30 minutes pour manger et j'aurais tenu 24h00. Pour un premier jeûne ce n'est peut-être pas si mal, et puis l'odeur de la quiche dans le four est insupportable.

20h, une explosion de saveurs !

C'est bon je craque, je prends une bouchée, la sensation est incroyable. Je ne pensais pas visualiser aussi bien ce qui se passe sur ma langue ! Lorsque je mâche ma salade, je ressens l'eau qui sort par la pression de mes dents, c'est jouissif ! Mon assiette terminée, l'effet "sensationnel" a déjà disparu.

Deuxième jour de jeûne

Jeudi 17 mai

Hier j'ai mangé mon dessert à 20h comme la semaine dernière. Ce matin je suis motivé et décidé à réussir mon objectif.

14h

Comme la semaine dernière j'ai trop faim et j'ai soif. Je sens que mon corps ne tape pas dans les réserves, il recherche de l'eau ! En tout cas pour ceux qui veulent maigrir en ne mangeant pas c'est faux. Ce matin j'ai bu deux verres de jus de fruit en pensant que le sucre contenu me fera tenir plus longtemps. Mais j'ai davantage soif, comme si j'avais fait chauffer un brasier qui demandait encore plus de ressource maintenant ! Je vais m'en tenir à l'eau.

17h

C'est l'heure du supplice pour moi, c'est extrêmement difficile de résister aux tentations. Depuis ce matin je pense aux personnes qui n'ont rien à manger. Là je parle de "tentation" alors que j'ai fait le choix de mon plein gré de ne pas manger. Je ne devrais donc pas parler de "tentation" en tant que tel. Mais d'un côté j'ai accès à une quantité incroyable de saveur, de mets, de tout ce que je veux. Qu'est-ce qui est le plus dur ? D'avoir le choix et de ne rien prendre, ou de ne pas avoir le choix du tout ?

20h

Ma fiancée travaille et finit tard ce soir. J'ai préparé à manger et j'ai la même sensation d'envie de vomir et faim en même temps. Elle va rentrer à 22h, je me sens de plus en plus faible. Idem que la semaine dernière, je dois aller me coucher maintenant et je réussirai mon défi. Socialement je dois l'attendre.

22h

Le repas est aussi un moment social, je ne veux pas perdre ni ma santé ni mes rapports aux autres. Ce sont pour ces raisons que j'ai tenu 26 heures pour cette deuxième expérience.

Troisième semaine, troisième jour de jeûne

Aujourd'hui ça va être tout aussi compliqué que les autres jours. J'assiste toute la journée à un événement professionnel.

Pour résumer, le midi j'ai mangé seulement une verrine, ce qui m'a calé une dent. Certes j'ai triché mais je n'ai pas mangé un vrai repas non plus. L'heure du goûté a été très difficile mais j'ai tenu et le soir j'ai mangé à 20 heures, pour faire le tour du cadran comme les autres semaines.

La nourriture est vitale et sociale. Comme nous sommes en période de Ramadan, je me rends compte de la difficulté. Je ne jeûne pas tous les jours. Seulement un jour et mon abstention est plus longue, en revanche j'ai le droit de boire et ça c'est déjà pas mal !

Néanmoins nous partageons un point commun. Je ne tient pas le soir car je mange avec ma fiancée. Et il est vrai que les musulmans se réunissent pour manger. Je pense que se retrouver pour manger est dans l'ADN des Hommes.

Il est plus facile de jeûner seul et extrêmement difficile de ne pas manger devant des personnes qui mangent. Et réciproquement, lorsque nous sommes plusieurs à une table, nous proposons volontiers et naturellement de partager à une personne qui ne mange pas.

Quatrième semaine, quatrième jour de jeûne

Mon bilan sur ce premier "mois", j'ai donné de la nourriture plus souvent à des personnes dans la demande. En effet, on ne s'habitue pas à cette sensation de faim, celle qui vient après plusieurs heures. Concernant la productivité, je n'ai pas développé une meilleure concentration ou une meilleure performance. En revanche, je me sens plus nerveux les jeudis car mon corps est en demande.

Arrivé en fin de journée, après 16h, je me sens très faible. Je sais que je ne peux pas courir 3 kilomètres par exemple. Je sens que mon corps veut s'économiser. Je tremble et j'ai plus souvent froid. En fait, je ressens un peu plus ce que mon corps me dit.

Je ne continue pas l'expérience. En effet, j'ai remarqué que mon stress augmentait déjà le lundi au mercredi car je pensais au jeudi prochain. Mon but dans la vie est de limiter toute sorte de stress.

Les points positifs

  • j'ai donné plus souvent aux personnes nécessitantes
  • plus de tolérance en période de Ramandan et aux SDF (j'ai ressenti une certaine culpabilité de manger en pleine rue)
  • mes urines étaient plus claires, sans doute parce qu'il y a moins de "déchets"
  • nous mangeons rarement seuls et nous partageons naturellement avec nos plus proches (Macdo travaille un insight psychologique très puissant depuis des années !)

Ce que je retiens

  • on ne perd pas de poids, notre corps utilise l'eau en premier recours
  • je n'ai pas de concentration supérieure à d'habitude
  • on ne s'habitue pas à cette sensation de faim, c'est un signal d'alerte corporel
  • je souffre de plus de stress, plus nerveux, je crois que l'expression "avoir les crocs" à tout son sens
Comments are closed.
%d blogueurs aiment cette page :