Dans mon étude régulière du cerveau on m'a conseillé de lire ce livre : Le charme discret de l'intestin : tout sur un organe mal aimé. En effet, il parait que nous disposons d'un deuxième cerveau et il serait logé au milieu de notre corps ici dans notre ventre. Ma curiosité a été piquée, les pages se sont lues d'une rapidité incroyable.

Il faut bien admettre, le sujet est spécial. Mais surtout la manière dont s'est expliqué est un vrai tour de bras. L'auteur, Giulia Enders nous démontre qu'il y a bien un lien fort et durable entre notre cerveau et notre estomac. Giulia arrive à très bien vulgariser la complexité malgré la jeunesse de ce domaine d'étude. On découvre l'impact des microbes dans notre estomac, sur notre perception de la nourriture et des maladies qu'ils développent. Elle nous donne une tonne d'informations avec humour et sans complexité, un vrai régal !

L'intestin notre deuxième cerveau

Dans cet ouvrage nous apprenons que nous avons cette faculté (plutôt rare dans le domaine animal) de pouvoir vomir. Seul les chats, chien, Homme, souris et quelques autres animaux, vomissent. Un cheval, s'il mange de l'herbe qui l'empoisonne, le simple fait de ne pas pouvoir vomir, sa digestion développera des toxines qui finiront par le tuer.

Le mal de mer expliqué

Giulia explique, comme un videur devant une boite de nuit, certaines enzymes savent que des "individus" toxiques entre dans le ventre. C'est seulement à partir d'une certaine quantité que les videurs disent "tout le monde dehors !" et nous avons le réflexe émétique.
Lorsque nous avons le mal des transports c'est simplement que nos enzymes envoient un message au cerveau pour dire que l'estomac n'a pas mangé quelque chose de bon. Notre corps sonne l'alerte empoisonnement alors que pour le coup, c'est un problème de perspective entre la vision et la sensation de se mouvoir.

La flore intestinale

L'auteur nous explique également que la "flore intestinale" n'est pas le bon terme. Dans le passé nous ne savions pas ce qu'était des bactéries alors on les a rangés dans les plantes (faune = animaux ; flore = végétaux). On ne parle plus de flore intestinale mais plutôt de microbiote et de microbiome.

Et c'est là que Giulia entre en jeu. Pour nous parler de ce qui sort de notre corps avec tout l'intérêt que porte un gastro-entérologue, l'auteur nous explique simplement qu'un gramme de caca correspond à des résidus génétiques de milliard de bactéries. Les bactéries sont beaucoup plus petites que nos cellules et c'est pourquoi nous avons plus de bactéries sur le corps que de cellules qui nous compose.

Est-ce grave ? Non car la Nature est très bien faite. Les bactéries et notre corps travaillent en symbiose, profitant des bénéfices de chacun pour continuer de vivre. Nous n'avons pas des bactéries uniquement dans le ventre mais bien partout sûr et dans le corps, idem dans les poumons alors que cela nous viendrait pas à l'esprit.

Les bactéries et notre corps

C'est dans l'intestin où se déroule le camp d'entraînement pour nos globules blancs. Elle explique très bien, dans ce foisonnement intense (plus de 1000 espèces différentes de bactérie vivent dans notre ventre) qu'elles doivent être capables de différencier une cellule du corps d'une cellule étrangère type scarlatine. En page 323, 60% des bactéries dans notre ventre sont encore inconnues ! Avis aux dossiers de recherche, il y a encore du pain sur la planche !

La compréhension du rôle de toutes ces bactéries apportera des connaissances majeures dans la guérison d'un nombre important de maladies et de cancers. Certaines bactéries ont des pouvoirs incroyables fonctionnant en symbiose avec notre système immunitaire. Par exemple, Helicobacter pylori nous protège du cancer du poumon. En effet, des tests prouvent que sans cette bactérie dans le ventre, le taux de cancer du poumon augmente de manière significative. Cependant, cette même bactérie est aussi responsable du cancer de l'estomac... Tu comprends mieux l'enjeux de comprendre leurs mécanismes.

Le ventre centre des décisions

Quel point commun entre un homme roulant à 100km/h et percute un platane, d'une femme qui se taille les veines dans un magasin avec une lame de rasoir et d'une souris qui se baigne dans l'urine de chat (les souris sont naturellement programmées pour éviter les odeurs de chat) ; la toxoplasmose contrôle notre esprit comme une manette contrôle voiture télécommandée.

toxoplasma_gondii_micro.jpg

toxoplasma_gondii_micro

Cette bactérie a une vie assez incroyable car elle se reproduit dans le ventre du chat. Et une fois expulsée du chat, comment faire pour retourner dans le ventre d'un chat ? Il suffit d'attendre qu'une souris passe à côté d'une crotte de chat, la toxoplasmose va alors entrer dans le corps de la sourie. Ainsi, la bactérie va fabriquer des enzymes pour inhiber la peur de la souris sur ses récepteurs olfactifs. Enfin, la souris désinhibée (comme ma voisine au soir de Noël) va alors être moins attentive aux prédateurs. Une fois mangée par le chat, la toxoplasmose se retrouve bien au chaud dans le ventre du félin.

Lorsqu'un Homme a des toxoplasmoses dans le corps, il est prouvé que ce sont des hommes et des femmes qui prendront plus de risque (exemple de l'homme qui roule à 100km/h loupe le virage et s'écrase contre un platane). Et si la personne est suicidaire alors le passage à l'acte sera accompli plus rapidement... (exemple de la femme dans le magasin avec la lame de rasoir).

Les bactéries au centre de notre humeur

On vient de le voir, une toxoplasmose qui provoque au pire des cas l'équivalent d'un rhume peut avoir des conséquences plus dramatiques sur notre vie (je ne parle pas des femmes enceintes où la toxoplasmose a répercussion très grave sur le fœtus en développement). Les bactéries ont également un rôle sur notre humeur. Nous mangeons pour nourrir nos bactéries. Par conséquent, ce sont nos bactéries qui nous dictent ce que nous voulons manger. En page 87, le fait que notre estomac digère mal le le fructose, le sucre des fruits, peut induire des comportements dépressifs chez l'Homme.

cerveau-estomac-good.jpg

Penses-y avant de commencer un régime, votre régime va impacter une population de plusieurs milliards de bactéries. Si tu ne les nourris plus comme avant, elles ne vont pas être contentes, et vont pas t'aider à digérer correctement. C'est la raison pour laquelle un régime met du temps avant de voir des résultats. Car les bactéries s'adaptent constamment.

Les antibiotiques ce n'est pas automatique

Grâce à cet ouvrage j'ai saisi encore plus l'importance de ne pas utiliser d'antibiotique. Le médicament ravage également tout le microbiote (l'ensemble des bactéries). La meilleure défense ce sont les bactéries contre les bactéries. En effet, nous pouvons avoir des traitements "probiotique" ça signifie "apporter la vie". On ingère des micro-organismes pour prendre la place, battre, et aider les bactéries déjà présentent. De plus, nous pouvons avoir un traitement "prébiotique". Cela permet d'apporter les ressources énergétiques pour les bactéries en question. Bref, avec les avancées technologiques dans ce domaine, notre ventre n'a pas fini de nous surprendre !

Il était une fois la vie

il-etait-une-fois-la-vie-bactéries

(clic sur l'image pour voir un épisode !)

Je recommande vivement ce livre pour tous les curieux. Notre ventre et ce qu'il referme a tant à nous apprendre. J'adore le style d'écriture, venant directement de "Il était une fois la vie", ce dessin animé que je regardais quand j'étais enfant. L'anthropomorphisation des bactéries, des cellules, a du bon pour nous aider à mieux comprendre les fonctionnements et les mécanismes sous-jacents. En fait l’organe estomac est comme le cerveau et les bactéries qui le composent sont comme les neurones de ce cerveau.

Dans le même esprit, la vie dans un monde minuscule, j'avais lu Sperm Wars : Les secrets de nos comportements amoureux. Il est question justement d'hormones, et notre comportement de séduction en est très souvent dicté par celles-ci. C'est incroyable comment le monde minuscule, agit, se défend, met en place des stratégies gagnantes en fonction du résultat voulu.


ludolouis

Entrepreneur, blogger, marketer, écrivain, les anglos-saxons disent que je suis un « slasher ». Je suis aussi un geek compulsif qui se soigne grâce à sa dose de Twitter et Youtube matin et soir.