[video] Le monde des objets connectés

[video] Le monde des objets connectés

Comment voir le monde de demain ?

Chaque semaine dans le monde, un million de personnes supplémentaires s’installent en ville. À ce rythme, 70 % des êtres humains seront urbains en 2050 (ONU). Mais à quoi ressemblera la ville de demain ?

Objets connectés

Nous avons découvert un spot par la société SPP, société norvégienne qui propose des solutions d’épargnes et d’assurances. Cette société a pour valeur le placement des fonds dans les entreprises soucieuses de l’environnement : « En date d’aujourd’hui, nous avons exclu environ 172 entreprises et 30 pays de nos investissements. Nous avons également une norme minimale pour les fonds provenant d’autres fournisseurs. Le Fonds, par exemple, ne pas investir dans des entreprises dont l’activité principale contribue à de graves dommages à la vie et à la santé » (Source)

Dans la vidéo que nous vous présentons aujourd’hui va vous permettre de prendre conscience que nous vivons dans un monde avec ses propres limites particulièrement dans les ressources et que nous pouvons plus produire en polluant la Terre et en laissant une dette écologique monstrueuse à la génération suivante.

Ainsi vous pourrez slider de gauche à droite pour voir les deux sortes de visions du monde de demain :

Objets aux services du développement durable

En slidant à droite sur la vidéo vous verrez une vision optimiste où ici les habitants vivent en harmonie entre eux avec une économie et un environnement florissant. Une vision qui amènent à croire que toutes les solutions (par les objets connectés) sont à notre portée, que l'homme est foncièrement bon et que les problèmes viennent d'une méconnaissance des réalités à laquelle il suffirait de remédier avec l’IOT (internet des objets). Imaginez une ville reliée avec un réseau réparti de noyaux de capteurs intelligents qui peuvent mesurer plusieurs paramètres intéressants pour une meilleure gestion de la ville, je vous invite à lire Smart-Grid . Toutes les données seront transmises en temps réel aux citoyens et aux autorités concernés : c’est une smart city, une ville intelligente, plus fluide, plus sûre, plus économe, plus attractive, plus culturelle donc plus agréable.
C’est une ville qui offre un écosystème favorable aux innovations technologiques. Tout se joue sur la connectivité et la capacité d’offrir aux citoyens de nouvelles expériences leur permettant de :
-respirer correctement en rajoutant de la verdure, de continuer à boire de l’eau potable en construisant par exemple un toit végétal qui collecte et purifie de l’eau.
-de consommer différemment en étant attentif sur les produits, les objets et des matières pour les réutiliser à l’infini comme des collants biodégradables.
-de circuler plus facilement avec une route intelligente qui recharge les voitures électriques, des voitures automatisées roulant sans conducteur et des vélos qui enregistrent le taux de pollution à chaque rue.

Des habitants avec un esprit écologique prêt à utiliser tout ce que la nature peut offrir pour réduire les émissions de CO2 et optimiser le recyclage.
Des objets et applications connectés aux usages variés tels que les caméras vont aider à la lutte contre les agressions et nul doute que les drones auront un rôle important dans l’avenir. Ils pourront réparer et détecter les pannes d’éoliennes ou de panneaux solaires, assurer à la sécurité lors d’un accident grave ou difficile d’accès, fournir une connexion wifi dans les zones reculées ou même livrer des colis.

C’est l’un des points défendu par Jeremy Rifkin dans son livre «La troisième révolution industrielle» dans lequel il décrit les 5 piliers pour (re)construire une économie durable :
• Le développement des énergies renouvelables à grande échelle ;
• La généralisation des énergies renouvelables à l’échelle de chaque bâtiment ;
• Le déploiement des technologies de stockage d’énergie ;
• L’utilisation d’Internet pour transformer le réseau électrique en un réseau de distribution intelligent ;
• L’émergence d’une flotte de véhicules électriques connectés et partagés

Objets connectés sans changement arbitraire

En slidant à gauche vous verrez une vision plus pessimiste où ici les habitants vivent entre eux dans le chaos, la misère, la pollution. Une vision qui suggère qu'il n'est pas possible d'apporter de solutions à la fois approximatives, partielles et provisoires à un problème de fond par les objets connectés. Ces habitants aiment la technologie mais ne veulent pas en abuser. Imaginez une ville sans eau potable avec des déchets partout, des terres contaminées : c’est une ville primaire avec le peu de ressource qui lui reste. Cette ville n’a pas évoluée car les hommes ont eu peur de se moderniser au détriment de l’environnement.
Leur choix a été de refuser :
-la sécurité pour la liberté avec l’apparition des drones et des smart caméra. Des objets pourtant destinés à sécuriser le peuple, aujourd’hui des objets controversés.
-de payer plus cher pour l’environnement en refusant le recyclage avec des sacs taxés.
-de consommer différemment pour le bien de la planète en continuant à produire en masse et à polluer l’air.
Ces modèles énoncés ci-dessus font parti d’une liste non exhaustive, et nous avons choisi ces exemples arbitrairement.

En tout état de cause, nous n'avons pas d'autre choix que de faire avec le monde tel qu'il est, tout en essayant de transformer dans le bon sens ce qui peut l'être. C'est pourquoi il convient avant tout d'avoir la conscience la plus large possible des questions et des problèmes. Le problème actuel ne sont pas liés aux technologies, à l’argent ou à l’expérience, mais à notre manière de penser qui nous empêche de trouver des solutions alternatives à nos problématiques.
La tendance d’un monde nouveau est la prise de conscience que chacun d’entre nous à intérêt à ce que l’autre soit heureux. Ce sont les gens avec des rêves qui changent la façon dont les entreprises d’aujourd’hui sont gérées. Nous voyons certaines entreprises prendre ce virage essentiel, et l’Etat en imposant de nouvelle loi, mais ce sont bien les nouveaux entrepreneurs (les startups) avec leur vision qui permettront de créer le changement nécessaire.

La ville intelligente se définit donc, comme celle qui lie le développement urbain au développement humain.

 

Je te laisse voir la vidéo : https://spp-web01.ad.rackfish.net/?lang=en&mode=2 

 

P.S : cet article a été co-écrit avec Laetitia Louis

Comments are closed.
%d blogueurs aiment cette page :